Thèse soutenue

Exposition aux additifs alimentaires et risque de pathologies chroniques : approche épidémiologique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Eloi Chazelas
Direction : Mathilde Touvier
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Santé et santé publique
Date : Soutenance le 08/12/2021
Etablissement(s) : Paris 13
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Galilée (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de Recherche Epidémiologie et Statistique Sorbonne Paris Cité
Jury : Président / Présidente : Xavier Coumoul
Examinateurs / Examinatrices : Fabrice Pierre, Serge Hercberg
Rapporteurs / Rapporteuses : Nassime Tasnime Akbaraly, Marina Kvaskoff

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Ce travail de thèse s'articule en 3 parties. Dans une première partie descriptive, nous avons estimé l'exposition aux additifs en population générale et en particulier aux mélanges d'additifs. Nous avons d'abord étudié la distribution des additifs alimentaires dans une large base de données de produits alimentaires et de boissons disponibles sur le marché français (Open Food Facts) et identifié les mélanges fréquemment utilisés dans les formulations industrielles. Ensuite, nous avons estimé la consommation quotidienne moyenne d'une large gamme d'additifs chez les adultes français de la cohorte NutriNet-Santé, puis identifié les principaux mélanges d'additifs consommés et les profils socio-démographiques et comportementaux associés. Dans une seconde partie, nous avons étudié les associations entre la consommation de boissons sucrées et édulcorées et le risque de cancer et de maladies cardiovasculaires. Nous avons observé une association positive entre la consommation de boissons sucrées et le risque de cancer au global et du sein. Les boissons édulcorées n'étaient pas associées au risque de cancer dans cette étude, mais la puissance statistique était probablement limitée. Dans une seconde étude, nous avons montré que la consommation de boissons sucrées mais également celle de boissons édulcorées étaient associées à des risques plus élevés de maladies cardiovasculaires. Enfin, nous avons observé une association positive entre la consommation d'édulcorants, plus particulièrement l'acésulfame K et l'aspartame, et le risque de cancer (au global, cancer du sein et cancers liés à l'obésité). Dans la dernière partie, nous avons examiné la relation entre les apports en nitrites, nitrates et le risque de cancer, en distinguant les sources alimentaires naturelles (aliments et eau de boisson) et la source provenant d'additifs alimentaires au sein de la cohorte NutriNet-Santé. Aucune association n'a été détectée pour les apports totaux en nitrites et en nitrates, ni pour les apports provenant de sources naturelles. En revanche, nous avons mis en évidence une association entre la consommation de nitrates provenant d'additifs alimentaires et le risque de cancer du sein, en particulier pour le nitrate de potassium. Nous avons également observé une association entre la consommation d'additifs alimentaires nitrités (plus particulièrement de nitrite de sodium) et le risque de cancer de la prostate. Ce travail de thèse ouvre la voie à un vaste programme de recherche qui fournira des données uniques sur les différentes facettes de la transformation des aliments en lien avec la santé à long terme. Il permettra de remédier au manque de données humaines sur le sujet et alimentera ainsi l'expertise des agences sanitaires nationales et internationales, contribuant à guider l'élaboration des politiques de l'UE (règlementation, étiquetage). Tout ceci, in fine, dans le but de favoriser la prévention nutritionnelle des maladies chroniques