Thèse soutenue

Le vérificationnisme au prisme du paradoxe de Church-Fitch : recherches sur le principe de connaissabilité et son traitement en logique épistémique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Stefán Jökulsson
Direction : Manuel Rebuschi
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance le 08/12/2021
Etablissement(s) : Université de Lorraine
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale SLTC - Sociétés, Langages, Temps, Connaissances (Lorraine)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Archives Henri Poincaré- Philosophie et Recherches sur les Sciences et les Technologies (Nancy ; Strasbourg ; 2018-....)
Jury : Président / Présidente : Hans van Ditmarsch
Examinateurs / Examinatrices : Manuel Rebuschi, Mathieu Marion, Pierre Wagner, Helge Ruckert, Paula Quinon-Bucholc, Gerhard Heinzmann
Rapporteurs / Rapporteuses : Mathieu Marion, Pierre Wagner

Résumé

FR  |  
EN

Un certain nombre de philosophes ont soutenu que toute vérité peut être connue. Ils font valoir que la vérité ne s'applique qu'aux expressions linguistiques signifiantes et notre compréhension de ces expressions consiste en notre capacité à déterminer leur vérité dans les circonstances appropriées. Par conséquent, bien qu'il existe de nombreuses vérités que nous ne pouvons pas connaître en pratique, tout énoncé vrai est signifiant et donc connaissable en principe. Un argument logique simple dû à Frederic Fitch (1963) semble montrer que ce principe de connaissabilité se réduit à l'affirmation absurde qu'il n'existe aucune vérité qui ne soit jamais connue. Ce résultat, connu sous le nom de paradoxe de la connaissabilité, a fait l'objet d'un grand nombre de tentatives de résolution dans le cadre de la logique épistémique, et l'exposé et l'évaluation de ces solutions constituent une partie considérable de la présente étude. Cependant, son objectif premier est d'étudier les implications philosophiques du paradoxe. Je soutiens que l'intérêt principal du paradoxe ne réside pas dans la question de sa résolution potentielle, mais dans les perspectives que son étude offre sur les positions philosophiques qu'il est censé compromettre. La première partie de l'étude présente le vérificationnisme du cercle de Vienne avec un accent particulier sur la philosophie de Moritz Schlick et sa thèse de décidabilité universelle. La deuxième partie étudie le paradoxe de la connaissabilité et les stratégies qui ont été mises en avant pour le résoudre. La troisième partie est consacrée à l'anti-réalisme de Michael Dummett et tente de clarifier le rôle du principe de connaissabilité dans son défi bien connu au réalisme. La quatrième et dernière partie se concentre sur les approches du paradoxe qui sont directement motivées par les considérations vérificationnistes sous-jacentes au principe de connaissabilité. Plusieurs solutions vérificationnistes différentes au p aradoxe seront présentées, et leurs réponses diverses montrent que le raisonnement de Fitch touche à certaines des questions les plus fondamentales de cette philosophie.