Migrations internationales et mutations spatiales par l´habitat : le cas de la diaspora camerounaise dans la ville de Yaoundé

par Jean Marie Nkenne

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Emmanuel Jovelin et de Pierre Kamdem.


  • Résumé

    Dans cette thèse de doctorat intitulé « Migrations internationales et mutations spatiales par l´habitat : le cas de la diaspora camerounaise dans la ville de Yaoundé », nous nous intéressons à l´intégration des migrants internationaux camerounais dans la ville de Yaoundé, à travers leurs productions foncières et immobilières. Notre objectif est de comprendre comment les migrants participent à la construction urbaine de la ville de Yaoundé. La réalisation de cette étude est basée sur l’analyse statistique, graphique et comparative des données sur la production de l´habitat dans la ville de Yaoundé, de 1990 à 2010. Ces données proviennent des institutions publiques du secteur de l´habitat au Cameroun, ainsi que de l´enquête de voisinage réalisée selon une approche exhaustive sur les investissements immobiliers dans la ville de Yaoundé. La ville de Yaoundé, site de cette étude, est située à 3°50’N et à 11°32’ E. Elle abrite une population estimée en 2005 à 1 817 524 habitants. Cette population estimée en 2010 est d´environ 2,15 millions d’habitants et à l´horizon 2030, elle pourrait atteindre 3,5 millions. Ce qui signifie de besoins nouveaux en logements, dont les estimations sont de l´ordre de 719 000. Ce contexte semble représenter un ensemble de conditions favorables aux investissements immobiliers et le migrant international émerge comme un nouvel acteur. En effet, les retombées de la migration internationale et les mutations urbaines dans les pays d´origine sont perceptibles à partir du foncier, révélateur d´enjeux nouveaux et objet de compétition ardue. Yaoundé constitue le lieu de déploiement intense de stratégies d´investissement des migrants internationaux. Leurs productions foncières et immobilières sont perceptibles, même si elles restent encore modestes et ne représentent que 0,13% de l´ensemble des productions. Ces investissements sont dominés par les Camerounais installés en Europe (73,75%) suivis par ceux des camerounais des Amériques (12,3%), ceux des pays africains (8,63%) et ceux des pays asiatiques (5,32%). Ces derniers ont passé entre 5 et 10 ans avant de prendre la décision de produire un bien immobilier dans la ville de Yaoundé. Leurs productions ont privilégié trois filières (sociale, résidentielle et commerciale). Les migrants assurent des productions résidentielles importantes par leurs filières et leurs caractéristiques dans la ville de Yaoundé. Ces investissements sont diversifiés et inégalement répartis dans la ville et assurent des fonctions aux retombées symboliques et économiques importantes. On note une absence de complémentarité entre les projets immobiliers et la politique de l’habitat du pays en général et de la ville en particulier. Il en résulte, quel que soit le mérite des réalisations, qu’elles ne peuvent pas garantir à moyen et long termes une structuration de l’économie immobilière de la ville, encore moins inverser d’une part la dynamique migratoire, et d’autre part l’inflation observée ces dernières années dans les charges locatives dans la ville de Yaoundé. En effet, les migrants sont confrontés aux obstacles émanant d´astreintes exogènes amplifiées par des manquements endogènes.

  • Titre traduit

    International migration and spatial changes in housing : the case of the Cameroonian diaspora in Yaounde


  • Résumé

    In this doctoral thesis entitled "International migration and spatial changes in housing: the case of the Cameroonian Diaspora in Yaounde," we focus on the integration of international migrants in the city of Yaounde, through their land and housing production. Our goal is to contribute to the knowledge of these productive investments, through the study and the capitalization of the types of land and housing production of the members of the Cameroonian Diaspora in Yaounde and adds value as at integration of migrants in the host country and the production of housing in general in the country. The realization of this study is based on statistical, graphical and comparative analysis of data on land and housing output in Yaounde, from 1990 to 2010. These data are from public institutions of the housing sector in Cameroon, the Yaounde City Council, as well as the neighborhood survey conducted on an exhaustive approach on land and housing investments in the city of Yaounde. We also used satellite images and consulted many scientific works on the subject. The city of Yaounde, site of this study is located at 3° 50'N and 11° 32 'E. It has an estimated population in 2005 of 1,817,524 inhabitants. Its estimated population in 2010 is about 2.15 million inhabitants and the 2030, could reach 3.5 million. This means new housing needs, which are estimated at about 719 000. This context seems to represent a set of favorable conditions for land and housing investment and international migrant is emerging as a new actor. Indeed, the impact of international migration and urban change in the country of origin are noticeable from the land, revealing new challenges and subject to tough competition. Yaounde is the place of intense deployment strategies for migrants’ investments. Their land and housing productions are noticeable, although they remain modest and represented only 0.13% of the total production. These investments are dominated by Cameroonians living in Europe (73.75%) followed by those of Cameroonian living in Americas (12.3%), those of African countries (8.63%) and of Asian (5.32%). They have spent between 5 and 10 years before taking the decision to produce a property in the city of Yaounde. Their productions have focused on three sectors (social, residential and commercial). Migrants perform important residential productions by their chains and their characteristics in the city of Yaounde. These investments are diversified and unequally distributed in the city and provide functions which must not underestimate the symbolic value or economic benefit. There is a lack of complementarity between building projects and housing policy of the country in general and the Yaounde city in particular. The result, regardless of the merit of achievements, cannot guarantee to medium and long term structuring of the land and housing economy of the city, much less reverse one hand migration dynamics, and on the other the inflation in rental charges these recent years in the city of Yaounde. Indeed, migrants face obstacles emanate from exogenous weaknesses amplified by endogenous shortcomings.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 31-12-2023

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.