La coopétition public-privé comme déterminant de la performance : le cas des organisations universitaires et des écoles supérieures de commerce et de gestion

par Alexandra Couston-Gautier

Thèse de doctorat en Sciences de Gestion

Sous la direction de Robert Fouchet et de Saïd Yami.

Le président du jury était Virginie de Barnier.

Le jury était composé de Virginie de Barnier, Édouard Husson, Véronique Chanut, Olivier Keramidas.

Les rapporteurs étaient Édouard Husson, Véronique Chanut.


  • Résumé

    Le premier objectif de cette thèse est d’apporter un éclairage sur des performances observées de l’enseignement supérieur français dans un contexte international. Et plus précisément dans le champ des sciences de gestion. Nous contextualisons notre recherche à partir d’une analyse de la littérature sur la mondialisation de l’économie de la connaissance, et sur l’évolution des politiques publiques et managériales des organisations académiques, expliquée par l’approche néo-institutionnelle. L’existence des grandes écoles et des universités révèle un contexte spécifique de concurrence et de dispersion des atouts. L’objectif principal est d’ouvrir une réflexion sur des voies de collaborations entre ces organisations en mobilisant la littérature sur le concept de coopétition et en mettant en évidence les liens avec la théorie néo-institutionnelle. La singularité de notre recherche est d’étendre ce concept aux acteurs publics et privés, de contribuer à sa construction, de démontrer sa capacité à améliorer autant la performance que la légitimité des organisations, et d’apporter aux décideurs des outils managériaux adaptés

  • Titre traduit

    Public private coopetition as driver of performance : the case of public universities and private business schools


  • Résumé

    This dissertation sheds light on the performance of the French higher education system in an International context, with a focus on graduate programs in management sciences. Our analysis is carried out in the context of globalized knowledge as well as evolving public and management policies of higher educational organizations, as prescribed by the neo institutional approach. The existence of grandes écoles, often considered elite schools, as alternatives to universities in France results in increased competition and dispersal of assets. Here we discuss how the concepts of coopetition and relational strategy can be applied to the French higher education system, as well as how they are related to the neo institutional theory. We show that coopetition strategies between public and private stakeholders can lead to improved performance and legitimacy of organizations, as well as provide policymakers with appropriate and efficient managerial tools


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.