Thèse soutenue

Désagrégation de l’espace dans les modèles de choix d’itinéraire et de mode : méthode et application à la région Ile-de-France

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mahdi Samadzad
Direction : Fabien Leurent
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Transport
Date : Soutenance le 18/01/2013
Etablissement(s) : Paris Est
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Ville, Transports et Territoires (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne ; 2010-2015)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire Ville, mobilité, transport (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne) - Laboratoire Ville- Mobilité- Transport / LVMT

Résumé

FR  |  
EN

La représentation spatiale de l’aire de modélisation dans les modèles de la demande de transports a peu changé au cours des dernières décennies. A cet égard, l’état-de l’art repose encore largement sur le système de centroïde-connecteur qui est utilisée dans les modèles classiques. Elle est une approche agrégée qui ignore la variabilité physique liée à la dispersion des lieux désagrégés de résidence et d’activité dans l’espace local. En conséquence, le pouvoir explicatif des modèles quant aux comportements de choix d’itinéraire et de mode demeure limité à l’échelle locale : Par exemple, la localisation désagrégée influence sur le choix entre une autoroute dont l’échangeur est éloigné, et un autre itinéraire non-autoroutier. Egalement, le rabattement terminal influence sur le partage modal auto vs. transports en commun. Nous présentons une approche désagrégée pour la représentation spatiale. Dans un découpage zonal, l’espace à l’intérieur d’une zone est représenté de manière désagrégée stochastique. Pour chaque zone, les points d’ancrage sont définis relative aux nœuds du réseau qui peuvent être utilisés pour accéder au réseau. Un itinéraire entre une paire de zones est ensuite considéré comme une chaine, composée de deux trajets terminaux, correspondants aux sections intrazonales de l’itinéraire, et d’un trajet principal correspondant à la section entre deux points d’ancrage. En conséquence, le modèle de choix d’itinéraire est transformé à un modèle de choix conjoint d’une paire de point d’ancrage. Le vecteur des temps aléatoires terminaux est Normal Multidimensionnel donnant lieu à un modèle Probit de choix conjoint de points d’ancrage.Pour étendre au cadre multimodal, un mode collectif composite est défini comme une chaine composée des trois trajets modaux d’accès, principal, et de sortie, et les stations sont considérées comme les points d’ancrage, connectant les trajets de rabattement au trajet principal. Un modèle Logit Multinomial de choix de mode est estimé à partir de l’Enquête Globale de Transport de 2001 pour le mode auto et le faisceau des modes collectifs composites, et est combiné avec les deux modèles Probit correspondants au choix des stations