Thèse en cours

Analyse de remaniements chromosomiques dans le trouble bipolaire

FR  |  
EN

Accès à la thèse

Triangle exclamation pleinLa soutenance a eu lieu le 24/04/2015. Le document qui a justifié du diplôme est en cours de traitement par l'établissement de soutenance.
Auteur / Autrice : Sourour Mansour
Direction : Marion Leboyer
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Biologie cellulaire et moléculaire
Date : Inscription en doctorat le
Soutenance le 24/04/2015
Etablissement(s) : Paris Est en cotutelle avec NA
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole doctorale Sciences de la Vie et de la Santé
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : IMRB - Institut Mondor de Recherche Biomédicale
Jury : Président / Présidente : Alexandre Dayer
Examinateurs / Examinatrices : Stéphane Jamain, Leboyer Marion, Marianne Renner, Christel Depienne
Rapporteurs / Rapporteuses : Marianne Renner, Christel Depienne

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Les troubles Bipolaires font partie des troubles de l'humeur les plus sévères et dévastateurs. Ils sont caractérisés par l'alternance d'épisodes maniaques et dépressifs. Ils affectent 1% de la population générale et constituent la 6ème cause d'handicap mondial selon l'organisation mondiale de la santé. Malgré les avancées récentes dans le domaine de la génétique, l'étiopathogénie des troubles bipolaires reste encore mal connue. L'analyse des délétions et des duplications dans une cohorte de 236 patients français avec soit une forme à début précoce soit une forme familiale de troubles bipolaires, a permis d'identifier 5 délétions et une duplication codant des molécules impliquées dans la transmission synaptique et le développement neuronal: CDH8, LINGO2, ANKS1B, GRIP1, GABARAPL1 et GPHN. Un des gènes identifiés, GPHN, code la géphyrine qui est la protéine clé de l'échafaudage post-synaptique des synapses inhibitrices. Nous avons identifié une mutation entrainant un changement d'acide aminé (p.R170C) chez un sujet indépendant avec une forme à début précoce de trouble bipolaire. L'étude de la mutation p.R170C, a démontré une altération de la fonction inhibitrice GABAergique suggérant une perturbation de la balance excitation/inhibition synaptique. Le traitement in vitro par les principaux thymorégulateurs, que sont le lithium et l'acide valproïque, corrige le phénotype de la mutation. Ces résultats suggèrent que des mutations dans GPHN ont des conséquences fonctionnelles et pourraient augmenter la vulnérabilité aux formes à début précoce de trouble bipolaire. Mots-Clés : CNV, Troubles bipolaires, géphyrine, GABAA