Thèse en cours

LA FINANCIARISATION DE L’IMMOBILIER TERTIAIRE A L’HEURE DU DEVELOPPEMENT DURABLE : Un nouveau mode d’intervention des sociétés foncières en France ?

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Cyril Boisnier
Direction : Elisabeth CampagnacTaoufik Souami
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Aménagement de l'espace, Urbanisme
Date : Inscription en doctorat le 18/11/2009
Etablissement(s) : Paris Est
Ecole(s) doctorale(s) : VTT - Ville, Transports et Territoires
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : LATTS - Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés

Résumé

FR  |  
EN

La thèse analyse comment la financiarisation de l’immobilier à la lumière des Sociétés Immobilières d’Investissement Cotées (SIIC), d'une part, et le développement durable, d’autre part, renvoient à la construction sociale de nouveaux référentiels. On se demande s’ils sont compatibles ou non l’un avec l’autre et sur quels compromis, sur quelle convergence d’intérêts, leur mise en tension débouche-t-elle ? L’ambition de ce travail est aussi de voir comment ils interagissent dans la fabrication de la ville. L’étude de chacun d’eux n’est pas acquise et une partie du travail de thèse a consisté à préciser ce qui définit leur usage. En effet, nous traitons l’objet de recherche par les sciences de gestion notamment par l’apport des théories sur la création de valeur financière et la gouvernance d’entreprise, et par l’analyse des instruments d’évaluation et de reporting. Le développement durable est davantage considéré ici comme un marché de « normes » garantissant la qualité environnementale de l’immeuble. Nous faisons l’hypothèse que dans un contexte de financiarisation, les sociétés foncières sont contraintes par l’action publique en matière de développement durable d’adopter différentes stratégies : l’anticiper, s'y soumettre, la contourner, ou bien alors la réinterpréter par l’élaboration d’un référentiel d'action privée. Cette thèse montre que la gestion des risques et l’opportunisme stratégique de certaines SIIC participent d’interactions entre le processus de financiarisation de l’immobilier tertiaire et la mise en œuvre d’un référentiel d’action influencé par la conception d’un développement durable. De nouvelles formes d’intervention, de régulation et de compromis sociaux, se sont faites jour.