Thèse en cours

Accés aux aliments et droit de la propriété industrielle. Contribution à l'orientation du brevet et du certificat d'obtention végétale sur les ressources agricoles vers la sécurité alimentaire dans les pays en développement.

FR

Accès à la thèse

Triangle exclamation pleinLa soutenance a eu lieu le 03/04/2013. Le document qui a justifié du diplôme est en cours de traitement par l'établissement de soutenance.
Auteur / Autrice : Sylvestre Yamthieu Wetondie
Direction : Jean-Pierre ClavierJoseph Fometeu
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Droit privé
Date : Inscription en doctorat le 01/01/2011
Soutenance le 03/04/2013
Etablissement(s) : Nantes en cotutelle avec Cameroun
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole doctorale Droit, Economie-Gestion, Sociétés, Territoires (Nantes)

Résumé

FR

L'agriculture est une activité qui a pour objet la transformation et la mise en valeur du milieu naturel afin d'obtenir les produits végétaux et animaux utiles à l'homme ; en particulier ceux qui sont destinés à son alimentation. de manière générale, le terme agriculture fait appel à la notion de semence (agricole). la propriété industrielle comprend le droit des créations industrielles (droit des brevets, droit des obtentions végétales) et celui des signes distinctifs. elle favorise notamment l'innovation par la reconnaissance de droits exclusifs aux inventeurs en contrepartie de leurs apports à la société. grâce au génie génétique, il est désormais possible d'obtenir des plantes plus résistantes, des fruits et légumes qui murissent plus vite. seulement, l'obtention de tels aliments implique de lourds investissements et souvent de longues années de travail et de recherches. c'est dans cette occurrence que le droit de la propriété industrielle intervient dans l'agriculture pour répondre aux besoins en alimentation de la société. la matière végétale est donc passée d'un statut de res communis à celui de bien. dans cet essai il sera question d'analyser la propriété industrielle à l'épreuve de l'agriculture. les semences agricoles sont-elles des marchandises comme les autres ? le droit des obtentions végétales tel que conçu par la convention upov (révisée pour la dernière en 1991) est-il suffisant pour encadrer ce secteur aussi spécial que délicat qu'est celui des variétés végétales ?