Thèse en cours

Étude des mécanismes enzymatiques de champignons entomopathogènes pour lutter contre les punaises de lit

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Emeline Lemarie
Direction : Jean-Guy BerrinMickaël Lafond
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Biologie-Santé - Spécialité Biotechnologie
Date : Inscription en doctorat le 11/01/2021
Etablissement(s) : Aix-Marseille
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole Doctorale Sciences de la Vie et de la Santé (Marseille)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : BBF - Biodiversité et Biotechnologie Fongiques

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Le développement de nouvelles alternatives à l'utilisation d'insecticides pour faire face aux infestations de punaises de lit est actuellement une priorité d'ordre de santé publique mondiale (priorité de l'OMS et du gouvernement Français ), puisque les infestations sont de plus en plus récurrentes dans les pays industrialisés comme le Canada, la Corée, l'Allemagne, les États-Unis, la France, l'Italie et l'Australie (Zorrilla-Vaca, Silva-Medina, et Escandón-Vargas 2015; Criado et al. 2011). Depuis les années 90, les victimes des punaises de lit sont de plus en plus nombreuses. En France, les seules données récentes sur le sujet ont été annoncées par le gouvernement permettant d'introduire le lancement d'un plan de lutte contre les punaises de lit. Ainsi, en 2018 plus de 400 000 lieux ont été infestés et traités par les professionnels de la désinsectisation. Selon le journal L'Express, c'est un tiers de plus que l'année 2017 et le double de l'année 2016, montrant ainsi la recrudescence des punaises de lit (Trois chiffres pour illustrer le fléau des punaises de lit en France 2020 ; Harlan 2006). Le but de ce projet est d'explorer de nouvelles pistes de biocontrôle visant le développement de moyens de lutte pour contrôler plus efficacement les infestations de punaises de lit, avec un impact moindre sur l'environnement et sur la santé des utilisateurs et des occupants des lieux domestiques infestés. Afin d'y parvenir, une étude approfondie sur l'utilisation d'un champignon entomopathogène sera établie. En effet, les champignons entomopathogènes remplacent certains insecticides, notamment dans le secteur agroalimentaire en Amérique du Nord, où une souche de Beauveria bassiana a fait l'objet d'un produit commercialisé par l'entreprise Bioceres pour le traitement des cultures agricoles face aux insectes ravageurs tels que les pucerons, les aleurodes et les thrips (Bioprotection s. d.).