Thèse en cours

Quantification des altérations osseuses de l'épicondyle médial de l'humérus : recherches méthodologiques et bioarchéologiques

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Elle Liagre
Direction : Christopher KnÜselSébastien Villotte
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Anthropologie biologique
Date : Inscription en doctorat le 27/09/2022
Etablissement(s) : Bordeaux
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences et Environnements
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : De la Préhistoire à l'Actuel : Culture, Environnement, Anthropologie

Résumé

FR  |  
EN

L'épicondyle médial de l'humérus est une zone anatomique particulièrement pertinente pour discuter des activités pratiquées durant la vie de l'individu (Dutour 1992, Dutour 2000, Villotte et al. 2010) et de la division sexuelle du travail dans le passé, de nombreuses études récentes montrant une fréquence importante de changements observés unilatéralement, préférentiellement chez les hommes (Villotte et al. 2010, Knüsel 2011, Villotte et Knüsel 2014, Varalli et al. 2020). Ces modifications, sur la base de comparaison avec les données médicales (p. ex. Patel et al. 2014), sont probablement associées au geste du lancer : le lancer d'objets (par main ou par propulseur, par exemple), mais également dans d'autres activités comme possiblement l'utilisation de haches ou la taille de la pierre (Knüsel 1992, Villotte et Knüsel 2014, Polet et al. 2019). Toutefois l'enregistrement, qualitatif, des changements de l'épicondyle médial – et plus particulièrement de la zone d''insertion du ligament collatéral médial - reste particulièrement subjectif. Ceci empêche des comparaisons systématiques à grande échelle. Cette thèse sur article a trois objectifs : Le premier est de définir une méthode permettant de quantifier les irrégularités de surface de l'épicondyle médial de l'humérus, notamment à l'aide d'imagerie (scanner surfacique). Le deuxième est d'appliquer cette méthode sur un ensemble de collections européennes d'Hommes Anatomiquement Modernes de différentes périodes pour préciser la latéralisation, la fréquence et l'ampleur des modifications suivant le sexe, l'âge au décès, les conditions environnementales et les contextes socio-économiques. Le troisième objectif est de tester cette méthode sur des vestiges néandertaliens afin de discuter d'une éventuelle division sexuelle des tâches dans ces groupes humains.