Thèse en cours

DÉTERMINATION DU MOMENT DE L'ACTIVATION DES FAILLES PENDANT LA DÉFORMATION ALPINE TARDIVE DANS LES ALPES OCCIDENTALES

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Dorian Bienveignant
Direction : Matthias BernetYann Rolland
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Sciences de la Terre et de l'Environnement
Date : Inscription en doctorat le 01/10/2022
Etablissement(s) : Université Grenoble Alpes
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de la terre, de l’environnement et des planètes (Grenoble ; 199.-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Institut des Sciences de la Terre

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

L'histoire de l'exhumation des massifs cristallins externes des Alpes occidentales est marquée par une propagation systématique d'est en ouest de la déformation et de l'exhumation depuis le début de l'Oligocène. Cette tendance à l'exhumation est clairement marquée dans l'enregistrement des traces de fission des zircons des Alpes occidentales (voir par exemple la compilation de Bernet et al., 2022). Ce que l'on ne sait pas en détail jusqu'à présent, c'est quand les principaux systèmes de failles des Alpes occidentales étaient actifs ou réactivés pendant les dernières étapes de la déformation et de l'exhumation, comme par exemple la faille d'Ornon, la faille de Belledonne, la faille médiane ou le trust de Roseland. Jusqu'à présent, il était difficile d'obtenir des informations sur l'âge de l'activité des failles, en particulier dans les roches carbonatées, car les techniques d'analyse disponibles étaient limitées à la datation Ar-Ar de la séricite, de l'illite ou de la muscovite. Avec le développement de la datation U-Pb de la calcite (Roberts and Walker, 2016), un nouvel outil de datation de la calcite qui a précipité dans les zones de faille peu profondes est devenu disponible et permet de déterminer les dernières étapes de la déformation. Néanmoins, cette approche n'est pas triviale car la température et la composition chimique des fluides circulant dans la zone de faille pendant la cristallisation de la calcite doivent être prises en considération par l'application de nouvelles méthodes d'analyse des isotopes stables (47). La combinaison de la géochronologie U-Pb appliquée à la datation des failles et de l'analyse microstructurale classique (inversion des données de failles), permet d'obtenir des contraintes temporelles et cinématiques sur l'histoire de la déformation de la zone d'étude comme l'ont montré des études antérieures pour certains des principaux systèmes de failles des massifs du Jura, du Vercors, de la Chartreuse, et dans une moindre mesure du massif des Bauges (Looser et al., 2021). L'idée de ce projet de thèse est de compléter les données existantes en étendant cette étude aux zones de failles majeures aux contacts qui séparent les roches de couverture sédimentaires mésozoïques et le socle cristallin dans l'arc alpin occidental depuis le massif du Mont Blanc au nord, en passant par les massifs de Belledonne et du Pelvoux, jusqu'au massif de l'Argentera au sud, afin de contraindre la dynamique de structuration des Alpes occidentales. L'objectif est de contraindre la façon dont la chronologie de l'activité des failles a été liée à l'exhumation des massifs cristallins externes au cours du miocène à nos jours.