Thèse en cours

Les dispositifs nationaux de mise à l'activité physique et sportive à l'école élémentaire. Perspectives d'analyse depuis la sociologie de l'action publique des mises en œuvre locales du Savoir Rouler à Vélo et des 30 minutes d'activité physique quotidienne.

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Fanny Raingeaud
Direction : Cécile Collinet
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Staps
Date : Inscription en doctorat le 01/09/2021
Etablissement(s) : Université Gustave Eiffel
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole doctorale Cultures et Sociétés
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne)

Résumé

FR  |  
EN

L'écart entre curriculum formel et curriculum réel en EPS à l'école élémentaire est considérable, de plus les propositions faites au niveau national connaissent des déclinaisons territoriales variées. Cela interroge plusieurs aspects de l'identité de la discipline qui n'ont pas été abordés par la littérature scientifique. En effet, à l'exception des quelques travaux portant sur l'EPS à l'école primaire réalisés selon une approche historique (Terret, 1998 ; Solal, 1999 ; Garnier, 2002), les études sur cet objet de recherche se consacrent presque exclusivement à des approches didactiques (Devos-Prieur & Loubet-Gauthier, 2002 ; Amans-Passaga, 2010, 2017, 2020). De tels travaux essentiels permettent de souligner la difficulté de mise en place des partenariats mais n'ont pas pour rôle d'expliquer cette difficulté de mise en œuvre. Nous avons pour ambition, en proposant une approche sociologique de cet objet d'étude, de nous inscrire en complémentarité et, dans l'idée de faire face à la « désociologisation » des travaux en didactique (Johsua, Lahire, 1999), « d'opérer une problématisation sociologique de questions didactiques socialement vives » (Lenzen & Deriaz, 2015). Nous entendons alors interroger l'identité de l'EPS à l'école élémentaire selon plusieurs axes. Un premier renvoie à la déclinaison des propositions nationales aux différents échelons territoriaux. Une autre piste questionne l'offre sportive des départements et des communes et dans quelle mesure celle-ci favorise ou complexifie l'offre de partenariats et les inégalités territoriales qui en résultent. Les interrogations sous-jacentes, relatives à ces modes de travail collectifs, portent à la fois sur la coordination des actions et sur l'ajustement des conceptions entre professionnels du monde sportif et professeurs des écoles. Les actions des agents étant alors caractérisées non seulement par leur « visée immédiate » mais également comme « résultantes de multiples processus par lequel le passé passe dans le présent » (Dodier, 1993), il s'agit entre autres de s'attarder sur leurs parcours et formations, emprunts d'idéologies, comme modèle explicatif des conceptions. La formation des intervenants, tout comme la définition des contenus moins pensée en termes de recherche de spécificité par rapport au modèle sportif, appartiennent aux nombreux aspects permettant de souligner que l'identité de l'EPS à l'école élémentaire s'est construite différemment de celle du secondaire. Finalement, face au « hiatus patent entre objectifs officiels et évolutions réelles » (Mierzejewski et al., 2018), quelles sont les différentes facettes de l'identité de l'EPS à l'école élémentaire ?