Thèse en cours

Les traductions latines des trois comédies d'Aristophane (Les Guêpes, La Paix et Lysistrata) par Florent Chrestien (1541 – 1596).

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Florentin Maroye
Direction : Laurence BoulegueNathalie Catellani
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Langues littératures ancienne
Date : Inscription en doctorat le 01/10/2021
Etablissement(s) : Amiens
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale en Sciences humaines et sociales
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : TRAME Unité de recherche Texte, Représentations, archéologie, Autorité et Mémoire de l'antiquité à la renaissance

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Il s'agira, dans cette thèse, de décrire et de montrer comment les traductions d'Aristophane par Florent Chrestien et les apparats qui les accompagnent sont à la fois l'œuvre d'un érudit humaniste, helléniste et latiniste, et celle d'un acteur de son époque. L'analyse, dont la première approche sera donc philologique, se propose aussi d'étudier les possibles implications des engagements et positions de Florent Chrestien non seulement dans les paratextes, mais aussi dans ses choix même de traduction et dans ses commentaires. Notre travail se veut novateur en ce que les traductions de Florent Chrestien, mis à part quelques articles très utiles mais peu nombreux, n'ont pas fait l'objet d'une étude systématique. Florent Chrestien, néanmoins, du fait de la figure de protestant affirmé qui est la sienne et du fait de la place centrale qu'il occupe dans les débats de son temps est une figure centrale du XVIᵉ siècle français. C'est la raison pour laquelle notre sujet de thèse se propose d'observer la porosité qui existe entre les deux aspects de son activité. C'est grâce au trilinguisme de Florent Chrestien (français – latin – grec), sans doute la caractéristique la plus marquante de son œuvre, que nous comptons pénétrer la pensée de l'auteur, pour comprendre qu'elle ne doit pas être limitée à un exercice d'érudition ou de talent de philologue.