Thèse en cours

Couvert forestier et chocs météo : l’usage des terres, variable d’ajustement de l’adaptation

FR  |  
EN

Accès à la thèse

Triangle exclamation pleinLa soutenance a eu lieu le 16/05/2024. Le document qui a justifié du diplôme est en cours de traitement par l'établissement de soutenance.
Auteur / Autrice : Giulia Vaglietti
Direction : Philippe Delacote
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Sciences Economiques (SJPEG)
Date : Inscription en doctorat le
Soutenance le 16/05/2024
Etablissement(s) : Université de Lorraine
Ecole(s) doctorale(s) : SJPEG - SCIENCES JURIDIQUES, POLITIQUES, ECONOMIQUES ET DE GESTION
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : BETA - Bureau d'Economie Théorique et Appliquée
Jury : Président / Présidente : Raja Chakir
Examinateurs / Examinatrices : Philippe Delacote, Eric Strobl, Salvatore Di falco, Antoine Leblois, Marie Boltz
Rapporteurs / Rapporteuses : Eric Strobl, Salvatore Di falco

Résumé

FR  |  
EN

Les forêts tropicales et subtropicales s'étendent sur environ 2,28 milliards d'hectares, ce qui représente 56% de la superficie forestière mondiale totale. Elles jouent un rôle crucial dans la régulation du climat et le cycle du carbone global. Malheureusement, entre 1990 et 2020, plus de 90% de la déforestation observée a touché ces écosystèmes, soit environ 12,69 millions d'hectares par an. Cette perte est aussi liée aux changement climatiques et les événements météorologiques extrêmes: tandis que les forêts sont un outil essentiel dans la lutte contre le changement climatique, elles subissent également ses effets. Par conséquent, contrer la déforestation représente un défi stratégique, en particulier dans les pays en développement où la subsistance des populations rurales dépend de l’agriculture et des produits forestiers. Pourtant, l'influence des événements météorologiques extrêmes sur les choix d'utilisation des terres a souvent été négligée, alors que ces pratiques d'adaptation pourraient elles-mêmes dépendre et influencer les efforts de conservation des forêts. Cette thèse s'attache à explorer ces liens et à évaluer les synergies ainsi que les compromis potentiels entre les risques climatiques, l'adaptation et les dynamiques de l’usage de sol, avec un focus sur les forêts. Le premier chapitre analyse l'impact des sécheresses sur la dégradation forestière et sur la déforestation globale dans les principaux bassins forestiers tropicaux. Les résultats soulignent une corrélation positive entre la déforestation et les sécheresses, bien que des variations spatiales et temporelles existent. Néanmoins, une diminution progressive de cet impact est observée au fil du temps, soulignant ainsi l'importance de comprendre ces dynamiques pour orienter les politiques de conservation. Le deuxième chapitre se penche sur l'importance de la saisonnalité dans les liens entre sécheresse et déforestation. Les résultats révèlent qu'en République Démocratique du Congo, la déforestation diminue en cas de sécheresse pendant la saison de croissance, mais augmente pendant la saison de récolte. Cette analyse met en évidence la nécessité de politiques prenant en compte les besoins d'adaptation des populations locales aux chocs climatiques. Le troisième chapitre se concentre sur les impacts à long terme de la construction de barrages sur l'utilisation des terres en Afrique Subsaharienne. Les résultats indiquent une réduction significative de l'agriculture mais une augmentation de la couverture forestière (en amont et en aval), avec une amplitude variables selon la distance par rapport au barrage. Cette analyse met également en lumière une diminution de la productivité agricole et une diversification des activités économiques. Ceci souligne les défis et les opportunités associés à ces infrastructures et leur rôle dans l'adaptation aux chocs climatiques et en tant que support potentiel de la conservation d’écosystèmes forestiers. Dans son ensemble, cette thèse contribue à une meilleure compréhension des interactions entre les chocs météorologiques, l'adaptation à ces chocs et la déforestation. Ce travail fournit ainsi des éléments de réflexion cruciaux pour orienter les politiques de développement durable et de gestion des ressources naturelles dans les pays tropicaux: en reconnaissant les impacts variables des chocs météorologiques sur l'usage des terres et les moyens de subsistance, les décideurs peuvent mieux adapter les interventions ciblées pour répondre aux besoins spécifiques et à la vulnérabilité des communautés locales. Cette approche, qui adopte de nombreux points de vue (global, régional et local), permet de concevoir des politiques des développement qui concilient impératifs de conservation et de développement. En tirant parti des enseignements de cette recherche, les décideurs peuvent forger un avenir résilient et durable pour les régions à forte couverture forestière, faisant ainsi progresser l'agenda mondial des politiques climatiques.