Jeunesse et représentations face à la radicalisation

par Sophie Quaegebeur

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Piero D. Galloro.

Thèses en préparation à l'Université de Lorraine , dans le cadre de SLTC - SOCIETES, LANGAGES, TEMPS, CONNAISSANCES , en partenariat avec 2L2S - Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (laboratoire) depuis le 11-01-2017 .


  • Résumé

    Les sociétés occidentales sont touchées par des formes de radicalisation et de violence perpétuées par des individus sans distinction de genre ou de catégories sociales. Nombre de travaux se sont intéressés à ces phénomènes sous l'angle de la jeunesse notamment en interrogeant le processus de radicalisation et d'usage de la violence dans un contexte des années 2000/2010 marqué notamment par des attentats et des actes qualifiés de terroristes aux Etats-Unis , en Europe et au Maghreb . Inversement, il est difficile de trouver des travaux de fond qui s'interrogent pour savoir comment la jeunesse perçoit ce phénomène croissant ainsi que les violences et le terrorisme qui en découlent directement ou indirectement. La perspective proposée jusqu'ici semble essentialiser les jeunes comme victimes des phénomènes de radicalisation/radicalité/violence sans questionner un possible sens critique ou des rationalités cognitives différentes. Quelles représentations se font les jeunes de ce fait social ? Comment perçoivent-ils les événements passés ainsi que ceux à venir ? Se sentent-ils réellement concernés ? Avec une prédominance du numérique et une sur-présence des médias et des réseaux sociaux, la question de l'accentuation ou de la minimisation du phénomène se pose également. Aujourd'hui les tendances, les idées, les préjugés, les fausses vérités ou encore les sentiments, passent par cette surabondance d'informations présentes sur la toile. La jeunesse vit à travers ce flux virtuel et se construit en son sein, l'idée donc de vérifier si la jeunesse se forge une représentation particulière de la radicalisation à travers les médias est donc fondamentale pour mieux comprendre le phénomène.

  • Titre traduit

    Youth and social representations in the face of radicalization


  • Résumé

    Western societies are affected by forms of radicalisation and violence perpetrated by several persons. A lot of publications are talking about this phenomenon with the idea that youth could take part in this violence. But it is difficult to find some documents dealing with youth perspectives on the subject, the way young people could understand attacks and bombing. Many researchers think about youth as a victim of violent radicalisation and Islam ideologies without imagine possible critical faculties. What is youth? What type of representations could young individuals create about radicalisation? Do they feel concerned about this problem? With ubiquity of social media we can think about emphasis and minimization of violent radicaliation. So much informations on the internet create an ideal space for proliferation of prejudices and wrong ideologies. Youth is the principal user of media and all its dangers are compelling us to think about representations of youth. Are its representations influenced by a particular speech? Do they understand radicalisation throught what they listen or see in media? Or do they have a personnal idea of this phenomenon?