Thèse en cours

Le succès médiéval d'un pseudo-Aristote. Édition et étude de la diffusion du Liber de causis (XIIIe-XVIe siècles)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Iulia Calma/ Szekely-Calma
Direction : François Ploton-nicolletDominique Poirel
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Histoire, textes, documents
Date : Inscription en doctorat le 01/09/2020
Etablissement(s) : Université Paris sciences et lettres
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de l'École pratique des hautes études
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre Jean Mabillon
établissement opérateur d'inscription : École nationale des chartes (Paris ; 1821-....)

Résumé

FR  |  
EN

Le présent doctorat se propose de réaliser une nouvelle édition latine du Liber de causis et d'étudier sa diffusion durant la période médiévale à partir de tous les témoins manuscrits connus. En dépit des diverses attributions dont il a fait l'objet au Moyen Âge, l'origine du Liber remonte à l'école grecque néoplatonicienne en passant ensuite par le monde arabe islamique. Inspiré par l'Elementatio theologica de Proclus (412-485), un texte écrit sous forme de 211 propositions axiomatiques portant sur les premiers principes de l'univers, il fut abrégé et retravaillé à Bagdad, vers le milieu du IXe siècle, dans l'entourage du philosophe Al-Kindi. Le Liber de causis fut souvent attribué à Aristote et considéré comme le complément de sa Métaphysique ; de ce fait, les deux traités furent introduits dans le curriculum de la faculté des arts de Paris, afin d'être lus et enseignés ensemble, puis interdits à plusieurs reprises à l'occasion des censures successives visant l'enseignement de certains textes d'Aristote en 1210, 1215 et 1231. L'opuscule fut commenté tout au long du XIIIe siècle par des théologiens et maîtres ès arts de grande renommée comme Roger Bacon, Albert le Grand, Thomas d'Aquin, Gilles de Rome, Pierre d'Auvergne, Siger de Brabant etc., mais la tradition des commentaires continua de se déployer aussi dans les XIVe et XVe siècles. Cette réception tardive est moins connue et, bien qu'elle continuât d'exister en Occident, elle commença à se déplacer vers l'Europe centrale, au sein des nouvelles universités fondées dans le Saint-Empire romain germanique. Le nombre des manuscrits qui transmettent le texte latin du De causis dépasse actuellement 260 et l'on dénombre également 91 commentaires (38 commentaires continus, 37 ensembles de gloses, 16 questions quodlibétiques). Pour l'édition latine, nous nous proposons de consulter l'ensemble des manuscrits comprenant le texte et les commentaires où ont été transcrites des portions plus amples de l'opuscule. Par cet examen poussé des témoins, nous donnerons une édition plus complète (l'ancienne édition s'est appuyée sur la collation de dix manuscrits seulement, ici et là complétée par la consultation ponctuelle de 80 manuscrits : A. Pattin, 'Le Liber de causis. Édition établie à l'aide de 90 manuscrits avec introduction et notes', Tijdschrift Voor Filosofie 28 (1966), p. 90-203) et chercherons à retracer la diffusion de l'ensemble de ce corpus en Europe occidentale aussi bien que centrale et, en conséquence, à réévaluer l'impact de ce traité pseudo-aristotélicien au Moyen Âge.