Le paysage de la ville de Yangzhou. Analyse typo-morphologique d'un paysage urbain de la Chine pré-moderne.

par Hongyue Liu (Liu deguillaume)

Projet de thèse en Histoire, textes, documents

Sous la direction de Nicolas Fieve.

Thèses en préparation à l'Université Paris sciences et lettres , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études , en partenariat avec Centre de recherche sur les civilisations de l'Asie Orientale (laboratoire) et de École pratique des hautes études (Paris) (établissement opérateur d'inscription) depuis le 31-08-2020 .


  • Résumé

    Qu'est-ce que « les Monts et les Eaux » (shanshui) ? Traduite par « paysage » en français, cette notion paysagère exprime une conscience de l'environnement, qui a permis aux hommes de s'approprier l'espace et d'habiter le monde. Ce faisant, les Chinois ont construit une relation au paysage en édifiant des aménagements et des jardins, tout en le racontant et en le décrivant. Cette science du paysage couvre les domaines de disciplines aussi variées que la géographie, l'urbanisme, l'architecture, l'art des jardins, l'horticulture, et elle apporte un éclairage primordial aux questionnements relatifs à l'écologie, à la poétique de l'habitat et à la recherche de mode de vie en harmonie avec la nature. En s'appuyant sur plusieurs sources historiques qui développent une pensée de l'habiter dans « les Monts et les Eaux », et une solide étude historique d'un paysage urbain de la Chine du XVIIIe siècle, ce projet de recherche propose une analyse spatiale du paysage historique et de ses utilisations, afin d'approfondir in fine le sens de la relation homme – espace. En quoi les pensées paysagères peuvent être les moteurs d'une organisation spatiale ? Quelles sont les valeurs attribuées au paysage et comment se manifestent-elles spatialement ? D'un point de vue pratique, en quoi les aménagements paysagers de Yangzhou, au XVIIIe siècle, en tant que lieu de vie et d'agrément, et d'espace de sociabilité où se déploient des activités variées, peuvent aujourd'hui nourrir la pratique professionnelle architecturale, paysagère ou urbanistique, et apporter des alternatives poétiques de l'habiter.

  • Titre traduit

    The landscape of the city of Yangzhou. A typo-morphological analysis of Chinese urban design in the early modern period.


  • Résumé

    What is "Mountain-Water" (shanshui)? Translated as "paysage" in French and “landscape” in English, this concept expresses an awareness of the environment, which allowed men to adapt the space to their needs and inhabit the world. In doing so, the Chinese have built a relationship with the landscape by constructing indoor and outdoor spaces, as well as by telling stories about it and describing it. This landscape science covers areas of disciplines as varied as geography, urban design, architecture, garden art, horticulture, ethnobotany, and it sheds light on questions about ecology, the poetics of the habitat, and the search for a way of life in harmony with nature. Drawing upon several historical sources that develop the thought of inhabiting "Mountain-Water" and based on a historical case study of an 18th-century city, this research project proposes a spatial analysis of a historical landscape's conception and its uses, in order to deepen the meaning of the human-space relationship. How can landscape thinking be the driving force of spatial organization? What are the values attributed to the landscape and how do they manifest spatially? From a practical point of view, the landscaping of Yangzhou in the 18th century, as a place of life and pleasure, and a scene of sociability where various activities take place, today is a source of inspiration, nourish the professional architectural, landscaping, or urban planning practice and provide poetic alternatives for inhabiting the city.