Géotourisme d'un territoire limnique au Gabon

par Rivel Moumbongoyo

Projet de thèse en Géographie

Sous la direction de Laurent Touchart et de Pascal Bartout.

Thèses en préparation à Orléans , dans le cadre de Sciences de la Société : Territoires, Economie, Droit - SSTED , en partenariat avec CEDETE - Centre d'Études pour le Développement des Territoires et l'Environnement (laboratoire) depuis le 05-01-2017 .


  • Résumé

    Souvent adossé au secteur de l'hébergement et de la restauration, l'écotourisme au Gabon affiche des indicateurs mitigés. Le taux de création des entreprises dans le secteur est 265/4207 soit 6% en 2018, à savoir 78% dans la restauration, 17% pour les agences de voyage et de loisirs puis 5% en hébergement. Malgré cet amalgame, sa contribution a été portée à 4,5 % au PIB en 2017 (TBE, 2017). En outre, la fréquentation des 13 parcs nationaux constitue l'élément de référence tandis qu'au-delà de ceux-ci figure un potentiel hydrographique intérieur de 334 100Km2 dont une quinzaine lacs naturel sur 13 535 Km2 (Ramsar, 2018). Situé entre Ndjolé, Lambaréné, Port-Gentil et la réserve présidentielle Wonga-Wongué, cette région exerce une forte attraction géotouristique de part ces spécificités sociale, culturelle et historique. Désigner sous le vocable «Bas-Ogooué», la localisation du deuxième complexe deltaïque d'Afrique en fait une zone humide considérable (Tarik Stevart et Al. 2018). Aussi, les communautés installées autour ont établi des liens séculaires avec les plans d'eaux qui impriment une identité paysagère. Chaque aire se distingue sous divers critère : de l'art culinaire à la médecine traditionnelle et bien d'autres qui attirent de nombreux visiteurs. De plus, le patrimoine historique bâtit à l'époque des explorations ont rendu la ville de Lambaréné célèbre via l'œuvre humanitaire (1913) du Dr. Albert Schweitzer avec son prix Nobel (1952). Ayant déjà une politique de conservation très aboutie, cette thèse de géographie reformule de manière scientifique un projet géotouristique lacustre basé sur des données inédites issues d'entretiens et d'enquêtes terrain réalisés dans les principaux lacs du fleuve Ogooué. La méthode inductive est privilégiée dans la mesure où celle-ci dégage des pistes d'aménagement viable et rentable d'équipement touristique en milieu lacustre.

  • Titre traduit

    Geotourism in a fresh-water landscape in Gabon: The lakes of the Lower and Middle Ogooué


  • Résumé

    The issue of taking into account rural populations' cultural and intangible heritage often presents a problem for the sustainability of development projects in Africa. This is often the result of numerous failed initiatives which, albeit good, produce harmful effects which weaken communities. This is the case for the tourist sector in the lake-rich Bas-Ogooué region which, despite representing an enormous asset, has hardly taken off despite several measures taken in the past. Fortunately, this trend is improving thanks to the presence in the region of certain NGOs and local associations who partner with investors, and whose work goes a considerable way towards integrating the aspirations of the local populations, with aim to achieving sustainable and harmonious development and a true boost to the industry.