Thèse en cours

Des utopies éducatives dans la catastrophe : les pédagogies émancipatrices au Liban (1964-2023)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Simone Spera
Direction : Isabelle Rivoal
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Anthropologie
Date : Inscription en doctorat le 17/09/2020
Etablissement(s) : Paris 10
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Espaces, Temps, Cultures (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (Nanterre ; 1967-...)

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Le terme « pédagogies émancipatrices » rassemble des philosophies et des expériences dans le monde où l'éducation devient un laboratoire de la démocratie participative et/ou de la transformation sociale. Si elles ont été largement étudiées dans les Amériques, en Europe et en Afrique, les apports du Moyen-Orient à ce courant pédagogique global restent peu connus. Pour cette raison, cette thèse se propose d'étudier cette « tradition cachée » au Liban, où elle a connu des ruptures majeures dans la transmission d'une génération à l'autre. Les premières critiques radicales du système scolaire d'inspiration anti-autoritaire remontent à l'activité d'un petit groupe militant, Liban Socialiste, fondé en 1964. À partir des programmes d'alphabétisation avec la méthode de Paulo Freire dans la banlieue-Est de Beyrouth à la fin des années 1960, jusqu'aux écoles en forêt et aux écoles démocratiques ouvertes dans les dernières années, il s'agira de retracer les généalogies brisées et la circulation régionale et internationale d'une tradition pédagogique. L'enchaînement de plusieurs « catastrophes » dans l'histoire récente du pays (guerres intestines et régionales, un post-conflit sans justice et réconciliation, déplacements de populations, l'effondrement économique, la pandémie de COVID-19, l'explosion du port de Beyrouth) a souvent interrompu des projets, dispersé ou divisé les militants. Les pédagogies émancipatrices ont ainsi pris l'aspect d'« utopies éducatives », préfigurant par leurs expérimentations marginales et par leurs pratiques éducatives un futur (im)possible radicalement autre dans un scénario par ailleurs contraignant. La catastrophe apparaît d'un côté comme une contrainte ou une menace, et de l'autre côté comme un élément déclencheur de ces utopies. En combinant l'ethnographie avec environ 100 entretiens et un travail sur archives, j'analyse les dilemmes, les choix controversés et les ajustements auxquels les praticiens de l'éducation sont confrontés pour transposer dans la pratique les principes pédagogiques de l'autonomie et d'une éducation fondée sur l'expérience et enracinée dans les mondes des apprenants.