Habitude et seconde nature chez Hegel

par Sean Mc Stravick

Projet de thèse en Philosophie, épistémologie

Sous la direction de Céline Spector et de Antoine Grandjean.

Thèses en préparation à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Sciences, normes, décision (Paris) (equipe de recherche) depuis le 24-07-2020 .


  • Résumé

    Ma recherche tente de poser un problème d'ontologie de l'esprit chez Hegel sous la forme de deux questions : 1) en quel sens l'esprit est-il une seconde nature ? 2) dans quelles mesures la négativité fait-elle appel au mécanisme de l'habitude ? Je soutiendrai que les déterminations fondamentales de l'esprit chez Hegel, son auto-engendrement, compris comme « acte de retour a soi à partir de la nature », et son idéalité, soit la suppression et appropriation de l’être-autre, engagent systématiquement le processus de l'habitude. La portée concrète de l’idéalisme hégélien peut donc être évaluée à partir de ce concept. Mon hypothèse générale de travail, partant de l'identité entre l'immédiateté (thématisée dans le volet « logique » du système comme « seconde immédiateté ») et l'habitude (thématisée dans le volet « spirituel » comme « seconde nature »), en tant que « secondarités absolues » (respectivement indiscernabilité de l'être et du concept et indiscernabilité du donné et du produit), sera celle d'une identité opératoire entre le concept spirituel d'habitude et la fonction logique de l'immédiateté.


  • Pas de résumé disponible.