La sémiotique de la femme dans les cultures de l'Afrique du nord

par Nassira Bellamine

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de Isabelle Klock-Fontanille.

Thèses en préparation à Limoges , dans le cadre de École doctorale Cognition, comportements, langage(s) (Poitiers ; 2009-2018) , en partenariat avec Centre de recherches sémiotiques (laboratoire) depuis le 29-09-2009 .


  • Résumé

    Le sujet de la thèse est consacré aux problèmes des icones de la femme immergées dans l'espace culturel de l'afrique du nord. en d'autres termes, nous allons étudier le visuel de la femme par rapport à un espace donné, c'est-à-dire la « sémiosphère ». sous sémiosphère (terme de youri lotman ), nous allons entendre une sémiotique de l'espace qui est « nécessaire à l'existence et au fonctionnement des différents langages »1 ; et qui se compose d'un espace interne (qui est compris comme asymétrique, unifié et homogène) et d'un espace externe (caractérisé comme hétérogène et multiple). pour ne pas leurrer le lecteur, nous tenons à préciser que notre recherche consiste à étudier l'image de la femme (dans les cultures de l'afrique du nord) à partir d'un support photographique, en l'occurrence des cartes postales, mais qui va être identifié, bien sûr, au cours de notre recherche. notre intérêt pour cette étude consiste à constituer les éléments sémiotiques afin de voir comment la femme est « regardée » dans l'espace culturel africain, comment elle est « figurée » dans cet espace culturel et quelles interprétations peuvent être engendrées. à partir des idées reçues de séquestration forcée, de privations et de violences subies, des images de sourires silencieux et des regards ambigus, et sous les étoffes colorées, les lourds bijoux et les tatouages mystiques, se cachent un réel pouvoir et une forte personnalité dotée de résistance, de sensualité et d'érotisme


  • Pas de résumé disponible.