Thèse en cours

La fabrication des beautés. Ethnographie sur la revendication identitaire chez les Rgyalrong Tibétains (Chine)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jingming Fan
Direction : Brigitte Baptandier Berthier
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Ethnologie
Date : Inscription en doctorat le 14/11/2013
Etablissement(s) : Paris 10
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Espaces, Temps, Cultures (Université Paris Nanterre)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (Nanterre ; 1967-...)

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Les concours de beauté sont des temps forts des festivals artistiques de la culture Rgyalrong Tibétaine dans le district Danba de la préfecture autonome tibétaine de Gartze. Dans le but de développer le tourisme à partir des années 2000, ce district se présente comme étant la survivance d’un ancien royaume matriarcal surnommé le « Royaume de l’Est des Femmes » (Dongnüguo). Pour affirmer la particularité de sa propre culture, le district organise des festivals en s’appropriant le prestige d’une origine mythique plaçant les femmes des Rgyalrong au devant de la scène. La femme constitue alors une icône importante de cette nouvelle culture festive. La valorisation des femmes via leur participation aux concours de beauté est néanmoins paradoxale : les femmes, qui incarnent la beauté des Rgyalrong, sont moralement dévalorisées une fois le concours a terminé. Au lieu d’être honorée par leurs concitoyens, les participantes, les lauréates plus particulièrement, sont généralement considérée incompétentes comme dignes représentantes de la culture rgyalrong. La thèse envisaged’explorer le contexte particulier de la popularité des festivals et des concours qui leur sont liés, mais aussi les contraintesqui s’imposent aux femmes lors du processus de présentation publique. A des fins de promotion économique et politique du district, les concours entraînent les acteurs impliqués dans un processus de reconstruction de la « culture » rgyalrong. Cela conduit à s’interroger sur le rôle de la communauté de référence et de son rapport à la tradition d’une part, et pose le problème de la place des femmeset de leur dévalorisation morale d’autre part.