Thèse en cours

Le recours au misoprostol dans les expériences d'avortement autogéré chez les femmes équatoriennes. Entre expertise profane et (ré) appropriation du corps.

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : María Del salto
Direction : Carole Brugeilles
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Démographie - Sociologie
Date : Inscription en doctorat le 29/11/2018
Etablissement(s) : Paris 10
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Économie, organisations, société (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre national de la recherche scientifique (France). Groupement de recherche (7217)

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

À partir d'une approche ethnographique, ma thèse a pour but d'apporter des éléments sur l´utilisation du misoprostol dans les pratiques d´avortement en Équateur. En ce sens, le projet cherche à identifier dans un contexte de restriction légale, quelle est la place de l'avortement médicamenteux dans la gestion des grossesses non désirées et à discerner s´il s´agit d´une alternative à l´avortement à risque et d´un moyen pour contourner la sanction morale et pénale. En effet, la loi restrictive n´empêche pas le recours à l´avortement, les données attestent d'une pratique très courante qui confronte les femmes et leurs décisions d'interruption de grossesse, à diverses procédures clandestines, dont la sécurité dépendra de leur appartenance ethnique et de leur capital socio-économique. En ce sens, les complications liées aux avortements à risques, tels que la morbidité et la mortalité, ainsi que les procédures pénales et les condamnations touchent principalement les femmes précarisées et racisées. Dans ce contexte, cette recherche vise à situer d'une part, le caractère « métonymique » du misoprostol qui confère des possibilités d'utilisation totale hors de tout contrôle médical (Baxerres, 2018) et d'autre part, à analyser les pratiques d'avortement démédicalisées pour comprendre dans quelle mesure la réappropriation d´un savoir-faire scientifique et biomédicale par les femmes comporte des mécanismes d´ « agency » et d'autodétermination contre le pouvoir juridique, médical et moral qui régule le corps et la sexualité des femmes. Ainsi, cette thèse a pour but de saisir l´articulation de deux parcours biographiques dans la gestion de la grossesse non désirée : celui des femmes et celui du misoprostol où les récits des trajectoires de fécondité, de contraception et d´avortement chez les femmes contribuent à mettre leurs expériences en lien avec les récits de fabrication, circulation et distribution d´une molécule qui a rendu possible l'appropriation et la transmission des savoirs experts et des expertises profanes.