Artisanat et industries, marchands et entrepreneurs dans le Dunois à la fin du Moyen-âge

par Vincent Mouftiez

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Didier Boisseuil et de François-Olivier Touati.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Humanités et Langues - H&L , en partenariat avec Centre Tourangeau d'Histoire et étude des Sources (laboratoire) depuis le 31-10-2018 .


  • Résumé

    Centré autour de Châteaudun, le pays Dunois fait la liaison entre la Beauce et le Perche. La question de l'artisanat et de l'industrie ainsi que celle des entrepreneurs, a fait l'objet de nombreuses études ces dernières années, permettant de renouveler l'approche d'un champ de recherches particulièrement prisé. Parmi ceux-ci, les travaux de Catherine Verna sur les industries rurales et leurs entrepreneurs, de Mathieu Arnoux sur les forges normandes, les métiers de férons et l'exploitation des minerais, de Philippe Braunstein sur l'exploitation des forges en forêt d'Othe (avec Patrice Beck), de Denis Woronoff sur le salariat et de Philippe Bernardi sur la construction et les métiers du bâtiment. Le Chartrain est bien connu grâce aux travaux d'André Chédeville (jusqu'au XIIIe s) et de Claudine Billot sur Chartres et le pays Chartrain pour les XIVe-XVe siècles. J'ai étudié une partie du Perche autour du bourg de Pontgouin et ses activités industrielles, les réseaux familiaux et marchands qui se sont développés autour de celles-ci. A côté, le Dunois fait figure de parent pauvre. Pourtant les archives départementales d'Eure-et-Loir possèdent un fond notarié important comportant plus d'une centaine de registres. C'est dans le prolongement de mon étude que je souhaite poursuivre mes recherches : Artisanat et industries, marchands et Entrepreneurs dans le Dunois doit permettre d'étudier le tissu « industriel » de cette région en partant, comme l'a fait Catherine Verna, des hommes pour comprendre les entreprises, leur fonctionnement, les réseaux tissés par les différents acteurs économiques. D'autres questions sont sous-jacentes : la question de la présence des différents types « d'industries » dans cette région, la question des élites urbaines et de leur implication dans un environnement proche. Châteaudun est une capitale comtale, quel rôle tient-elle dans la répartition des activités industrielles ? Quels sont les réseaux tissés par l'aristocratie locale ? Pour les « entreprises » étudiées, la découverte du personnel et des questions concernant le nombre d'ouvriers, les métiers, le salariat sont tout aussi importantes. Le tout dans la période troublée de la guerre de Cent Ans. Les archives notariales permettent d'entrevoir des activités en lien avec les métiers du fer (par l'achat d'armures notamment), du bois (pour des constructions ou des réparations), du textile et de la pierre. L'inventaire des registres fait apparaître une exploitation des ressources locales. Quelle fut l'implication des marchands dans leur exploitation ? Ont-ils mis en place des réseaux professionnels et familiaux ? Ce travail doit permettre d'éclairer un pan de l'histoire locale assez méconnu. Le projet d'étude comportant une ville, capitale de seigneurie, il convient aussi de relire avec attention les études menées par René de Lespinasse et François Bonnardot sur les métiers et corporations de Paris au XIIIe siècle, ainsi que l'étude d'Armand Rébillon sur les anciennes corporations ouvrières et marchandes de la ville de Rennes. D'un point de vue plus local, une seule recherche, englobant ce domaine d'étude, a été publié par la Société dunoise d'archéologie : il s'agit du travail de Mme Geneviève Duc (1962) dans les bulletins de la Société sur la vie économique du Dunois pendant la guerre de Cents Ans. Elle y décrit une activité foisonnante pour la ville autour de deux industries principales : la laine et le cuir. Elle y étudie aussi les corporations, suivant en cela l'exemple de Mme Acloque sur les corporations chartraines. Cette esquisse laisse cependant de côté les métiers du fer. Elle ne fait aussi aucune allusion aux échanges avec les campagnes environnantes. En croisant les minutes notariales avec les archives religieuses, il devrait être possible de donner un tableau du paysage industriel du dunois dans cette période.

  • Titre traduit

    Craft and industries, merchants and entrepreneurs in the Dunois at the end of the Middle-ages


  • Résumé

    The question of the industry and the entrepreneurs made the object of numerous studies these last years, allowing to renew the approach of this domain. Among these, Catherine Verna's works on the rural industries and their entrepreneurs, of Mathieu Arnoux on the Norman forges, by Philippe Braunstein on the exploitation of forges in forest of Othe (with Patrice Beck), of Denis Woronoff on the wage-earner and Philippe Bernardi on the construction. Chartrain is well known thanks to André Chédeville's works (until the XIIIth) and of Claudine Billot on Chartres and the country Chartrain for the XIVe-XVe centuries. I studied a part of the Perche around the village of Pontgouin and its industrial activities. Close by, Dunois makes poor relation's face. Nevertheless the departmental archives of Eure-et-Loir possess an important notarized bottom containing more than hundred registers. It is in the continuation of my study that I wish to pursue my researches: crafts and industries, merchants and Entrepreneurs in Dunois has to allow to study the "industrial" fabric of this region in runner men to understand companies, their functioning, networks weaved by the various economic players. By crossing the notarial minutes with the religious archives, it should be possible to give a picture of the industrial landscape of the dunois for this period.