Rôles écologiques des crocodiliens en zone soudano-sahélienne

par Clément Aubert

Projet de thèse en Ecologie des communautés

Sous la direction de Pierrick Labbé.

Thèses en préparation à Montpellier , dans le cadre de Biodiversité, Agriculture, Alimentation, Environnement, Terre, Eau , en partenariat avec ISEM - Institut des Sciences de l'Evolution de Montpellier (laboratoire) et de Evolution, Vecteurs, Adaptation et Symbioses (equipe de recherche) depuis le 09-12-2019 .


  • Résumé

    Contexte du projet L'ordre des crocodiliens est un groupe taxonomique ancien et remarquable, à faible diversité spécifique, présent dans les régions tropicales et subtropicales (Brochu, 2003). Ces grands carnivores ont un rôle de clé de voûte dans la gestion et la protection de leurs habitats (Nifong & Silliman, 2013). Ce sont des bio-indicateurs de leur environnement, utilisés notamment dans le cadre d'actions de restauration des écosystèmes (Droulers, 2004; Mazzotti et al., 2009). Comme pour la plupart des grands carnivores, leur déclin s'explique en partie par l'expansion démographique de la population humaine (Woodroffe, 2000). De plus, en Afrique de l'Ouest et en Afrique Centrale, le commerce des peaux a entraîné des populations de crocodile réduites et très fragmentées (Shirley, 2010). L'Afrique Centrale est la région la moins étudiée au monde en termes de population de crocodiles et d'état de conservation. (Shirley et al., 2018). Quatre espèces de crocodiliens sont identifiées en d'Afrique Centrale : le Crocodile du Nil (Crocodylus niloticus), le Crocodile nain d'Afrique Centrale (Osteolaemus tetraspis osborni), le Crocodile d'Afrique de l'Ouest (Crocodylus suchus) et le faux gavial d'Afrique de l'Ouest (Mecistops cataphractus). Le statut UICN du premier est “Préoccupation mineure”, celui des deux suivants, “En danger”, est en cours de réévaluation. Le faux gavial quant à lui est classé : “En danger critique”. Une récente étude a montré que le faux gavial d'Afrique regroupe en fait deux espèces : l'une endémique d'Afrique de l'Ouest (Mecistops cataphractus) et l'autre endémique d'Afrique Centrale (Mecistops leptorhynchus) (Shirley et al., 2018). Cette révision rend encore plus critique l'état des connaissances sur ce taxon et son état de conservation. Le Mecistops leptorhynchus est actuellement le crocodilien le moins étudié au monde avec très peu d'articles publiés à ce jour sur son histoire naturelle ou son écologie (Pauwels et al. 2003, 2007), et seulement au Gabon dont on estime qu'il concentre 70 % de sa population mondiale (Shirley et al., 2018). Les quelques données disponibles sur l'état des populations ainsi que celles concernant le développement anthropique qui menace l'habitat de Mecistops leptorhynchus suggèrent que cette espèce a subi des déclins importants voire même des extinctions locales. Son aire de distribution globale est très mal connue. Sa distribution supposée en Angola, Zambie, Tanzanie et en République Démocratique du Congo reste anecdotique. Il est également présumé éteint dans les principaux grands lacs d'Afrique Centrale. Il est donc urgent de faire un état des lieux des populations de Mecistops leptorhynchus et de son écologie. Questions de recherche - Quelle est la répartition actuelle de Mecistops leptorhynchus en Afrique Centrale ? - Quel est son régime alimentaire en fonction de son stade de vie et des saisons ? Bien que supposé piscivore, aucune étude d'envergure n'a pour l'instant été réalisée. - Quel est son statut pour l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) ?

  • Titre traduit

    Ecological roles of crocodilians in the Sudano-Sahelian area


  • Résumé

    Context   The order of crocodilians is an ancient and remarkable taxonomic group of low specific diversity present in the tropics and subtropics (Brochu, 2003). These large carnivores play a key role in the management and protection of their habitats (Nifong & Silliman, 2013). These are bioindicators of their environment, used in particular in the context of ecosystem restoration actions (Droulers 2004, Mazzotti et al., 2009). As with most large carnivores, their decline can be explained in part by the demographic expansion of the human population (Woodroffe 2000). In addition, in West and Central Africa, the skins trade has resulted in reduced and highly fragmented crocodile populations (Shirley, 2010). Central Africa is the least studied region in the world in terms of crocodile population and state of conservation. (Shirley et al., 2018).   Four species of crocodilians are identified in Central Africa: the Nile Crocodile (Crocodylus niloticus), the Midget Crocodile of Central Africa (Osteolaemus tetraspis osborni), the West African Crocodile (Crocodylus suchus) and the false Western Gharial (Mecistops cataphractus). The IUCN status of the first is "Least Concern", the next one, "Endangered", is being re-evaluated. The false gharial is classified as "Critically Endangered".   A recent study has shown that the fake gharial in Africa actually comprises two species: one endemic from West Africa (Mecistops cataphractus) and the other endemic from Central Africa (Mecistops leptorhynchus) (Shirley et al. ., 2018). This revision makes the state of knowledge on this taxon and its state of conservation even more critical. Mecistops leptorhynchus is currently the least studied crocodilian in the world with very few papers published to date on its natural history or ecology (Pauwels et al., 2003, 2007), and only in Gabon which is believed to concentrate 70% of its world population (Shirley et al., 2018).   The few data available on the status of populations as well as those concerning anthropogenic development that threatens the habitat of Mecistops leptorhynchus suggest that this species has suffered significant declines or even local extinctions. Its global distribution area is poorly known. Its supposed distribution in Angola, Zambia, Tanzania and the Democratic Republic of Congo remains anecdotal. It is also presumed extinct in the main big lakes of Central Africa. It is therefore urgent to make an inventory of the populations of Mecistops leptorhynchus and its ecology.   Research questions   - What is the current distribution of Mecistops leptorhynchus in Central Africa? - What is his diet according to his stage of life and seasons? Although supposed to be piscivorous, no major study has yet been carried out. - What is its status for the International Union for the Conservation of Nature (IUCN)?