Comment de nouvelles formes de leadership pourraient-elles permettre un management pour la créativité et l'innovation ?

par Justine Boudier

Projet de thèse en Sciences de gestion

Sous la direction de Pascal Le masson et de Benoît Weil.

Thèses en préparation à l'Université Paris sciences et lettres , dans le cadre de SDOSE Sciences de la Décision, des Organisations, de la Société et de l'Echange , en partenariat avec Centre de Gestion Scientifique (laboratoire) et de MINES ParisTech (établissement opérateur d'inscription) depuis le 01-10-2019 .


  • Résumé

    Comment un leader doit-il agir pour piloter le travail d'une équipe en situation d'innovation ? Deux figures se sont longtemps imposées : le leader est lui-même l'innovateur – et la littérature a su décrire ces figures héroïques d'Edison à Steve Jobs ; ou le leader se contente de créer un environnement favorable mais n'intervient pas pour éviter de perturber la créativité de ses équipes. Toutefois, les avancées de la psychologie cognitive de la créativité mettant en évidence les phénomènes de fixation cognitive dans la génération d'idées (Cassotti et al., 2016) et le développement des modèles de rationalité créative (théorie de la conception, théorie C-K ; Hatchuel & Weil, 2009), ont permis de mettre en évidence la figure originale du leader « défixateur » capable de contribuer significativement à l'amélioration de la performance d'innovation de son équipe (Ezzat 2017) : après avoir caractérisé les effets de fixation ainsi que les mécanismes cognitifs qui en étaient à l'origine, ces travaux de management expérimental ont montré comment un leader devient « défixateur » dès lors qu'il identifie chez les membres de son équipe, les catégories de solutions classiques et qu'il leur demande de les éviter. En d'autres termes, le leader défixateur joue un rôle critique dans le dépassement des effets de fixation au sein de son équipe (Ezzat et al., 2017). Toutefois, ces formes de leadership modélisent des équipes peu apprenantes, puisque c'est le leader lui-même (leader artificiel jusqu'à maintenant) qui effectue la catégorisation permettant la défixation. Ceci constitue une limite majeure des recherches actuelles sur le leadership créatif puisque 1) le leader créatif doit disposer de ces connaissances en amont s'il veut pouvoir s'adapter de façon dynamique aux solutions proposées par son équipe, limitant ainsi sa capacité à transférer le processus de défixation à des situations diverses, 2) de telles circonstances restent rares dans un contexte industriel et 3) en intégrant les logiques d'apprentissage (celles des équipes comme celles du leader) on peut envisager des formes de défixation plus efficaces encore. Ainsi l'enjeu est de modéliser et expérimenter l'action potentielle d'un leader créatif visant à stimuler la capacité de ses équipes à identifier et dépasser les effets de fixation, grâce à de nouvelles formes d'apprentissage. Pour avancer sur cette question, le travail de thèse s'appuiera à la fois sur des expériences de laboratoire et des expériences conduites avec des équipes d'innovation de l'entreprise Urgo, avec le double objectif de valider certaines lois et de former les leaders à être davantage défixateurs. Le travail aura trois objectifs : 1. Enrichir la compréhension académique des processus cognitifs impliqués dans la structuration des connaissances en situation de créativité, notamment la détection et l'identification des catégories de solutions susceptibles de conduire à des effets de fixation dans la génération d'idées créatives individuelle par des modélisations rendues possibles grâce aux théories de la conception (en particulier la théorie C-K), 2. Faire le pont entre la psychologie cognitive expérimentale et le management de la créativité en concevant des apprentissages visant à tester un renforcement du processus de détection de la fixation chez un leader créatif, et en testant leurs influences sur la capacité individuelle à générer des idées créatives, 3. Concevoir des classes nouvelles d'outils de formation ayant pour objectif de renforcer les capacités de détection des effets de fixation et la stimulation d'idées nouvelles dans des contextes industriels, en partenariat avec l'entreprise Urgo.

  • Titre traduit

    How can new forms of leadership allow management for creativity and innovation ?


  • Résumé

    How should a leader act to steer the work of a team in a situation of innovation? Two figures have long been the norm: the leader is the innovator himself - and the literature has described these heroic figures from Edison to Steve Jobs; or the leader simply creates a favourable environment but does not intervene to avoid disrupting the creativity of his teams. However, advances in the cognitive psychology of creativity highlighting the phenomena of cognitive fixation in the generation of ideas (Cassotti et al, 2016) and the development of creative rationality models (design theory, C-K theory; Hatchuel & Weil, 2009), have highlighted the original figure of the "defixator" leader capable of significantly contributing to the improvement of his team's innovation performance (Ezzat 2017): after having characterized the fixation effects as well as the cognitive mechanisms that caused them, this experimental management work has shown how a leader becomes "defixator" when he identifies the categories of classical solutions in his team members and asks them to avoid them. In other words, the defixator leader plays a critical role in overcoming fixation effects within his team (Ezzat et al., 2017). However, these forms of leadership model teams with little learning, since it is the leader himself (the artificial leader until now) who performs the categorization allowing the defixation. This is a major limitation of current research on creative leadership since 1) the creative leader must have this knowledge upstream if he wants to be able to adapt dynamically to the solutions proposed by his team, thus limiting his ability to transfer the defixation process to various situations, 2) such circumstances remain rare in an industrial context and 3) by integrating learning logics (those of teams as those of the leader) we can consider even more effective forms of defixation. Thus the challenge is to model and experiment the potential action of a creative leader to stimulate the ability of his teams to identify and overcome fixation effects, through new forms of learning. To move forward on this issue, the thesis work will be based on both laboratory experiments and experiments conducted with innovation teams from Urgo, with the dual objective of validating certain laws and training leaders to be more defixator. The work will have three objectives: 1. To enrich the academic understanding of the cognitive processes involved in structuring knowledge in creative situations, in particular the detection and identification of categories of solutions likely to lead to fixation effects in the generation of individual creative ideas through modelling made possible by design theories (in particular C-K theory), 2. Bridge the gap between experimental cognitive psychology and creativity management by designing learning to test a reinforcement of the process of detecting fixation in a creative leader, and by testing their influences on the individual's ability to generate creative ideas, 3. Design new classes of training tools aimed at strengthening the capacity to detect fixing effects and stimulate new ideas in industrial contexts, in partnership with Urgo.