Renforcement des populations comme source de sauvetage évolutif

par Juliette Ducrettet

Projet de thèse en Sciences de l'évolution et de la Biodiversité

Sous la direction de Eric Imbert et de Sandrine Maurice.

Thèses en préparation à Montpellier , dans le cadre de Biodiversité, Agriculture, Alimentation, Environnement, Terre, Eau , en partenariat avec ISEM - Institut des Sciences de l'Evolution de Montpellier (laboratoire) et de Métapopulations (equipe de recherche) depuis le 01-11-2019 .


  • Résumé

    Différents exercices de prospective prédisent une redistribution de la biodiversité à large échelle liée au changement climatique, avec à terme une recomposition des communautés et des écosystèmes. Le programme de suivi sur le long terme des oiseaux communs (programme STOC-EPS démarré en 2001) a permis de mettre en évidence ces recompositions de communauté en réponses aux changements climatiques pour des organismes très mobiles. Néanmoins migrer pour échapper à des conditions climatiques locales détériorées reste une option problématique pour les espèces fortement spécialistes, dont l'habitat est rare, et pour les espèces à faible capacité de migration, deux caractéristiques partagées par un grand nombre d'espèces végétales rares et protégées, notamment en région méditerranéenne. La persistance de ces espèces à faible capacité de dispersion et à niche écologique étroite dépend donc de manière critique soit de mesure de gestion active de migration assistée (translocation des espèces), soit de leur capacité à s'adapter localement au changement climatique. En pratique, notre capacité à mettre en place des mesures de gestion favorisant la dispersion assistée dépend de la disponibilité d'habitats favorables. Concernant la seconde option, plusieurs études bien documentées ont mis en évidence des changements phénotypiques chez les plantes en réponse au changement climatique, combinant souvent des réponses plastiques et des changements génétiques. Pour les gestionnaires, la principale préconisation reste celle du renforcement des populations qui remplit le double objectif d'un apport d'individus (augmentation des effectifs et limitation de la stochasticité démographique) et apport de diversité génétique (augmentation de la variance génétique). Le changement climatique pose un défi pour la conservation de la biodiversité à l'intérieur et en dehors des zones protégées, ces menaces amplifiant celles liées à la dégradation des habitats et la fragmentation des paysages. En particulier, de par son caractère irréversible, le changement climatique implique de repenser nos pratiques de conservation de la nature, non seulement en tentant de conserver ou restaurer les habitats, mais en tentant de protéger également les capacités d'adaptation de la biodiversité à ses différents niveaux d'organisation. Ce projet de thèse porte sur la question générale du renforcement des populations comme outil de gestion des espèces végétales face au changement climatique. La thèse s'articulera autour de trois volets : 1- documenter les mesures appliquées pour gérer la diversité génétique des espèces végétales protégées, 2- co-construire des scénarios de gestion de la biodiversité végétale qui tiennent compte du changement climatique, 3- étudier l'efficacité des mesures de renforcement chez une espèce rare (la centaurée de la Clape) et emblématique de la région méditerranéenne.

  • Titre traduit

    Population reinforcement as a mean of evolutionary rescue


  • Résumé

    The thesis project focuses on population reinforcement as a plant management tool. The thesis concentrates on 1- to document management applied measures to endangered plant species 2- to construct plant biodiversity management scenarii which take into account global changes 3- to study the effectiveness of reinforcement measures on endangered and typical species (Centaurea corymbosa) of maditerranean area.