Thèse en cours

Dynamiques d'Éros dans les platonismes antiques

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Zdenek Lenner
Direction : Philippe HoffmannLaurent Lavaud
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Philosophie, textes et savoirs
Date : Inscription en doctorat le 01/09/2019
Etablissement(s) : Université Paris sciences et lettres
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de l'École pratique des hautes études
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire d'études sur les monothéismes
établissement opérateur d'inscription : École pratique des hautes études (Paris ; 1868-....)

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Alors que l'unité et la définition du platonisme antique demeure problématique, de nombreux et divers « platonismes » ont progressivement été identifiés et étudiés, que l'on peut regrouper sous la distinction entre un « platonisme doctrinal » (platonisme ancien, médioplatonisme, néoplatonisme) et un « platonisme diffus » (notamment dans les Rhapsodies orphiques, les Oracles chaldaïques, et le Gnosticisme…). Or de Platon au Pseudo-Denys l'Aréopagite, en passant par Plutarque, Plotin et Proclus, ce qui réunifie selon nous l'ensemble de ces platonismes, ce n'est pas tant un accord doctrinal les érigeant en système définitif qu'une dynamique dialectique propre faisant de toute réflexion philosophique une aspiration vers son principe: Éros. C'est que sa nature intermédiaire et synthétique lui octroie une remarquable flexibilité conceptuelle (éros psychique, éros cosmique, voire éros divin), laquelle se manifeste aussi dans sa grande polymorphie linguistique (erōs, epithumia, philia, hormē, agapē, orexis, ephesis…). Ainsi, notre hypothèse de recherche est double. D'un point de vue conceptuel, Éros, en tant que désir du Bien, est selon nous la puissance (dunamis) fondamentale de contemplation et production, conversion et procession, réunion et multiplication ; en ce sens il est l'âme de tous les platonismes. D'un point de vue historique, l'Éros daimon à puissance conversive depuis Platon, s'est progressivement métamorphosé en un Éros cosmique à puissance démiurgique sous l'influence orphique, chaldaïque, et gnostique, voire en un Éros divin à puissance providentielle dans un syncrétisme avec le christianisme. Au travers de l'étude de ces dynamiques platoniciennes d'Éros, nous aimerions parvenir à mieux comprendre le phénomène du platonisme antique dans son unité philosophique tout en reconnaissant ses diverses mutations historiques durant près d'un millénaire.