Thèse en cours

Du symbolique en phénoménologie (Cassirer, Merleau-Ponty, Richir)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jérôme Watin-augouard
Direction : Inga Romer
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Philosophie
Date : Inscription en doctorat le 01/09/2019
Etablissement(s) : Université Grenoble Alpes
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de philosophie (Lyon ; Grenoble ; 2007-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : IPhiG - Institut de Philosophie de Grenoble

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

L'un des traits remarquables de la phénoménologie contemporaine tient à la place importante du concept de 'symbolique' (champ symbolique, institution symbolique), et particulièrement dans l'œuvre de Marc Richir. La présence de ce concept est inséparable du projet de refonte de la phénoménologie, comme si la recherche de nouveaux fondements impliquait de facto une réflexion sur la dimension symbolique de notre expérience. Or, Cassirer est l'un des premiers à avoir compris le champ empirique comme champ symbolique en procédant à une sorte d'endogénéisation du transcendantal au sein de l'expérience, ce dont témoigne le concept de 'forme symbolique', et au nom duquel il refuse l'épochè husserlienne, lui préférant une phénoménologie d'inspiration hégélienne. A l'inverse, en pensant la notion d'institution et de système symboliques, Richir insiste sur la nécessité de penser le hiatus architectonique entre le symbolique et le phénoménologique. Nous voudrions ainsi analyser les transformations apportées à ce concept de symbolique, de Cassirer à Richir, en s'intéressant tout particulièrement à l'œuvre charnière de Merleau-Ponty et à sa philosophie de l'institution.