ARHGAP35 et invasion tumorale

par Mathilde Pinault

Projet de thèse en Biologie Cellulaire et Physiopathologie

Sous la direction de Violaine Moreau.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de École doctorale Sciences de la vie et de la santé , en partenariat avec Bordeaux Research In Transational Oncology (laboratoire) depuis le 02-10-2019 .


  • Résumé

    L'invasion cellulaire est un mécanisme clé dans le développement des métastases. L'invasion des cellules tumorales est favorisée par le développement de microdomaines d'actine, les invadosomes capables de dégrader la matrice extracellulaire grâce à une sécrétion localisée de métalloprotéases matricielles. Leur présence est corrélée à la capacité invasive et au pouvoir métastatique des cellules tumorales. Notre projet vise à étudier les composants des invadosomes, mis en évidence par une approche de protéomique innovante récemment développée au laboratoire (Ezzoukhry et al., Nature Com 2018). Notre objectif est de mieux comprendre la manière dont ces protéines sont régulées et impliquées au sein des invadosomes, et de développer des approches spécifiques pour bloquer leur action dans le but de freiner la progression tumorale. Ce projet de thèse porte sur la protéine p190RhoGAP, codée par le gène ARHGAP35, récemment identifié comme muté dans 15% des cancers de l'endomètre et dans 2% des cancers globaux. Le projet vise à comprendre l'impact de mutations de p190RhoGAP associées aux cancers dans la formation et la fonction des invadosomes, ainsi que dans l'invasion des cellules tumorales.

  • Titre traduit

    ARHGAP35 and tumor invasion


  • Résumé

    Metastases are responsible for the large majority of cancer-related deaths. Metastasis formation depends essentially on the ability of cancer cells to invade tissues and to overcome physical barriers such as basement membranes upon intravasation and extravasation. To achieve invasion, tumor cells have to degrade extracellular matrix (ECM) elements. To do so, cells concentrate the activity of proteinases to distinct subcellular domains such as the specialized membrane protrusions rich in actin filaments, called invadosomes (also called invadopodia). Our project aims to study the components of the invadosomes, highlighted by an innovative proteomic approach recently developed in the laboratory (Ezzoukhry et al., Nature Com 2018). Our goal is to better understand how these proteins are regulated and involved within the invadosomes, and to develop specific approaches to block their action in order to inhibit tumor progression. This thesis project focuses on the p190RhoGAP protein, encoded by the ARHGAP35 gene, recently identified as mutated in 15% of endometrial cancers and in 2% of global cancers. The project aims to understand the impact of cancer-associated p190RhoGAP mutations in the formation and function of invadosomes, as well as in tumor cell invasion.