Inégalités, Politiques de Redistribution et Économie Politique

par Sébastien Carrere

Projet de thèse en Sciences économiques

Sous la direction de Eric Rougier et de Matthieu Clement.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de École doctorale Entreprise, économie, société , en partenariat avec Groupe de recherche en économie théorique et appliquée (Pessac, Gironde) (laboratoire) depuis le 16-09-2019 .


  • Résumé

    Avec la chute des régimes militaires et l'installation progressive de la démocratie sur le continent, l'Amérique Latine a été le théâtre de nombreux chocs économiques et changements politiques durant ces dernières décennies. Pendant la première décennie du XXIème siècle, la multiplication des gouvernements dits "progressistes" et une croissance économique soutenue ont permis une chute drastique de la pauvreté et qu'une nette amélioration dans l'accès à l'éducation et au système de santé dans de nombreux pays Latino-américains. Cependant, à partir des années 2010, l'instabilité économique de la région fragilisant les classes intermédiaires de revenu est venue ternir les résultats de la décennie passée. De nombreux ménages, autrefois pauvres, sont toujours fortement vulnérables aux nombreux chocs socioéconomiques et restent incapables de consolider leur position économique ou d'accéder à des tranches de revenu intermédiaires assimilables à la "classe moyenne". De plus, la forte défiance des populations envers les classes politiques et les institutions à toutes les échelles (locales et nationales) ont favorisé le récent tournant politique nationaliste. Ainsi, l'objet de cette thèse sera d'examiner selon trois niveaux d'analyse (continental, national et local) comment l'économie politique à travers les politiques de redistribution au sens large peut impacter à la fois les trajectoires de mobilité économique, et les inégalités d'accès aux ressources, services, et d'opportunité, en particulier chez les ménages vulnérables. Le contexte latino-américain, alliant la jeunesse des institutions décentralisées, une démocratie installée mais fragile, et de fortes inégalités horizontales (revenus, éducation, santé) constitue une zone d'étude idéale. De même, l'enjeu de l'expansion de la classe moyenne de revenu dans la région est déterminant aussi bien au niveau économique que politique, les ménages vulnérables représentant une partie de la population de plus en plus important, et par conséquent un poids électoral décisif. La thèse s'articulera autour de plusieurs axes qui aborderons les problématiques suivantes: (1) A travers une étude macroéconomique à l'échelle Latino-américaine, nous examinerons comment les perceptions socioéconomiques et politiques des populations et les modes de gouvernance et orientations économiques s'articulent dans les pays de la région; (2) Quel est l'impact d'un programme d'extension de la protection sociale aux ménages vulnérables et informels sur leurs trajectoires de mobilité économique ? Le cas du programme Asignacion Universal por Hijo (AUH) en Argentine sera utilisé ici ; (3) Dans quelles mesures les stratégies politiques locales de clientélisme et de patronage peuvent influencer la qualité des biens et services publics ainsi que leurs inégalités d'accès ? Le cas des municipalités Brésiliennes sera ici mis en lumière.

  • Titre traduit

    Inequalities, Redistributive Policies and Political Economics


  • Résumé

    With the fall of military regimes and the gradual installation of democracy in the continent, Latin America has been the scene of many economic shocks and political changes in recent decades. During the first decade of the 21st century, the multiplication of so-called "progressive" governments and a sustained economic growth led to a drastic drop in poverty and a significant improvement in access to education and health care in many Latin American countries. However, since the 2010s, the economic instability of the region has undermined the results of the past decade. Many formerly poor households are still highly vulnerable to socioeconomic shocks and remain unable to consolidate their economic position or to move into intermediate income groups, or the "middle class". In addition, the strong distrust of the population towards political classes and institutions at all levels (local and national) has favored the recent nationalist political turn. Thus, the purpose of this thesis will be to examine at three levels of analysis (continental, national, and local) how political economy through redistributive policies can impact both trajectories of economic mobility, and inequalities in access to resources, services, and opportunity, especially among vulnerable households. The Latin American context, combining the youth of decentralized institutions, an established but fragile democracy, and strong horizontal inequalities (income, education, health), constitutes an ideal study area. Similarly, the issue of the expansion of the middle-income class in the region is decisive at both the economic and political levels, as vulnerable households represent an increasingly important part of the population, and therefore a decisive electoral weight. The thesis will be structured around several axes that will address the following issues: (1) Through a macroeconomic study at the Latin American level, we will examine how the socioeconomic and political perceptions of the populations and the modes of governance and economic orientations are articulated in the countries of the region; (2) What is the impact of a program to extend social protection to vulnerable and informal households on their trajectories of economic mobility? The case of the Asignacion Universal por Hijo (AUH) program in Argentina will be used here; (3) To what extent can local political strategies of clientelism and patronage influence inequalities in access to public goods and services as well as their quality ? The case of Brazilian municipalities will be highlighted here.