Thèse en cours

La thalassocratie étrusque vue des îles. La contribution d'Alalia/Aléria à l'étude des circulations cérétano-italiques en Méditerranée occidentale (fin VIe av. J.-C. – début IIIe av. J.-C.)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Olivier Alfonsi
Direction : Nicolas MathieuAndrea Zifferero
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Histoire
Date : Inscription en doctorat le 01/09/2019
Etablissement(s) : Université Grenoble Alpes en cotutelle avec Université de Pise (dottorato regionale Pegaso)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire (Grenoble ; 2001-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire Universitaire Histoire Culture(s) Italie Europe

Résumé

FR  |  
EN

Entre 1960 et 1983, les chercheurs Jean et Laurence Jehasse ont mis au jour l'un des plus importants sites archéologiques de Corse : la nécropole préromaine, dite de Casabianda, qui se trouve à trois kilomètres au sud du plateau d'Aléria . Avec 179 tombes et 4511 objets de mobilier, cette nécropole détient le plus grand ensemble funéraire étrusco-italique trouvé hors d'Italie. Paradoxalement, il fallut attendre plusieurs décennies pour voir émerger des travaux relatifs « au fait étrusque en Corse » . En effet, jusqu'au début des années 2010, la question d'une implantation “tyrrhénienne” de type colonial dans l'île n'était – sauf à de rares exceptions – que peu abordée. Cependant, les travaux engagés lors de la dernière décennie , conjugués à l'accroissement de la connaissance sur l'expansion tyrrhénienne en Méditerranée occidentale ont permis d'ancrer solidement l'hypothèse selon laquelle Alalia a connu un peuplement étrusque stable entre le début du Ve siècle et le début du IIIe siècle av. J.-C . Dans le cadre de ce renouvellement paradigmatique, l'objet de cette recherche est de déterminer : - La nature du site (colonie, comptoir, ou emporion). - La / les cité(s) de la Dodécapole qui fut / furent à l'origine de cette présence - Le contexte global (politique, économique et culturel) dans lequel cette présence s'est inscrite. Autrement dit, il s'agit de « reconnaître l'expression locale d'un mouvement de plus grande ampleur » , puisqu'à travers l'étude de la présence étrusque à Alalia-Aléria, le but de mon travail est d'identifier la nature, les enjeux et les principaux acteurs de l'expansion tyrrhénienne en Méditerranée nord occidentale entre la fin du VIe et le milieu du IIIe siècle av. J.-C. Pour y parvenir, j'ai articulé cette recherche autour de trois axes en croisant des données issues de la documentation textuelle et de la documentation archéologique, et ce, dans une perspective comparatiste avec les cités d'Étrurie côtière ainsi que plusieurs sites emporiques du bassin occidental. Ma thèse comporte par ailleurs une large composante historiographique dans laquelle j'étudie comment la problématique du peuplement prélatin de la Corse a parfois été investie par différents acteurs ‘'scientifiques'' pour être mise au service de discours idéologiques. Dans cette veine, j'ai rassemblé et étudié diverses œuvres produites en Italie durant la période fasciste. À cela s'ajoute une série de travaux produits en Corse depuis les années 1980 par des universitaires et érudits proches de la mouvance nationaliste.