Thèse en cours

Approche archéozoologique de la cité d'Alexandrie de sa fondation à la fin du Moyen Âge (IV siècle av.J-C - XVe siècle ap. JC)

FR  |  
EN

Accès à la thèse

Triangle exclamation pleinLa soutenance a eu lieu le 26/05/2020. Le document qui a justifié du diplôme est en cours de traitement par l'établissement de soutenance.
Auteur / Autrice : Nicolas Morand
Direction : Sébastien Lepetz
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Archéozoologie
Date : Inscription en doctorat le 03/10/2016
Soutenance le 26/05/2020
Etablissement(s) : Paris, Muséum national d'histoire naturelle
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de la nature et de l'Homme - Évolution et écologie (Paris ; 1995-....)

Résumé

FR  |  
EN

L’objectif de cette thèse est d’analyser les relations qu’entretiennent les Hommes et les animaux à Alexandrie de l’Antiquité au Moyen Âge à partir de 32 700 restes fauniques (os, dents, coquilles) mis au jour dans les niveaux archéologiques de sites fouillés par le Centre d’Études Alexandrines. Les vestiges proviennent de sept sites localisés dans le quartier antique du Bruchéion. Le Cricket Ground, l’Ancien Consulat Britannique et la rue Fouad ont documenté la période hellénistique (IVe – Ier s. av. J.-C.). Les interventions archéologiques du Garage Lux, du Billiardo Palace et du Théâtre Diana ont mis au jour des vestiges de l’époque romaine (Ier – VIIe s. ap. J.-C). Enfin, la fouille de la citerne el-Nabih a livré des ossements animaux de la fin du Moyen Âge (XIIIe – XVe s. ap. J.-C.). Ces données ont permis de décrire et comprendre les pratiques des populations de cultures grecque, romaine et musulmane. Nous avons analysé les choix de consommation et les stratégies d’approvisionnement où les mammifères d’élevage (bœuf, porc et caprinés) ont constitué un socle alimentaire. Les produits de la pêche (mollusques et poissons) et de la chasse attestent une exploitation locale des ressources de la mer Méditerranée et de la campagne à l’interface entre le delta du Nil et le désert occidental. L’étude des objets fabriqués en os, en coquille de mollusque et en corail a permis de s’interroger sur l’exploitation des matières dures d’origine animale et leurs usages dans l’espace urbain antique et médiéval. L’étude d’espèces originaires du continent européen et de la région Indo-Pacifique a contribué à un apport de connaissances sur les réseaux d’échanges commerciaux au cours des siècles.