Thèse en cours

La chimioprophylaxie antituberculeuse primaire par isoniazide à l’ère des traitements antirétroviraux

FR  |  
EN

Accès à la thèse

Triangle exclamation pleinLa soutenance a eu lieu le 13/12/2017. Le document qui a justifié du diplôme est en cours de traitement par l'établissement de soutenance.
Auteur / Autrice : Anani Badje
Direction : Xavier Anglaret
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Santé publique Epidémiologie
Date : Inscription en doctorat le 01/09/2013
Soutenance le 13/12/2017
Etablissement(s) : Bordeaux
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sociétés, politique, santé publique (Talence, Gironde ; 2011-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Bordeaux Research Center for Population Health
Equipe de recherche : T2 - Maladies infectieuses dans les pays à ressources limitées

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Situation du sujet : la tuberculose (TB) et le VIH sont deux épidémies majeures en Afrique subsaharienne. La TB est plus fréquente et plus grave chez les personnes infectées par le VIH, et cela, même chez celles sous traitement antirétroviral (ARV). Malgré les recommandations de l’OMS de prescrire la chimioprophylaxie antiTB par 6 mois d’isoniazide (INH) chez les adultes infectés par le VIH, beaucoup de pays ne l’appliquent pas en raison de la crainte de l’augmentation des résistances mycobactériennes. Les questions de la place de cette chimioprophylaxie antiTB et des facteurs associés à son efficacité se posent différemment en fonction du degré d’immunodépression. Les traitements ARV étant recommandés de plus en plus précocement, certains pensent que la chimioprophylaxie antiTB ne sera bientôt plus d’actualité. Pourtant la TB, même moins fréquente, reste la principale cause de morbi-mortalité chez les adultes vivant avec le VIH sous traitement ARV et/ou avec des CD4 élevés en Afrique subsaharienne. Objectif : étudier les bénéfices, les risques, et la faisabilité et les facteurs associés d’une chimioprophylaxie par 6 mois d’INH chez des adultes infectés par le VIH débutant un traitement ARV avec plus de 350 CD4/mm3 en Afrique subsaharienne. Méthode : la thèse exploitera en priorité les données finales de l’essai Temprano ANRS 12136. Cet essai qui se déroule en Côte d’Ivoire et dont la fin du suivi est prévue en décembre 2014, évalue l’intérêt d’une chimioprophylaxie par 6 mois d’INH et/ou d’un traitement ARV précoce chez des adultes vivant avec le VIH peu immunodéprimés (dès 800 CD4/mm3). Le critère de jugement principal est la morbidité sévère (incluant la TB) à 30 mois de suivi. 1)Efficacité de la prophylaxie par 6 mois d’INH chez des personnes en stade d’immunodépression précoce, pour prévenir la tuberculose à 30 mois de suivi 2)Efficacité de la prophylaxie par 6 mois d’INH chez des personnes en stade d’immunodépression précoce, pour prévenir le décès à 30 mois de suivi 3)Screening de la tuberculose active avant le traitement préventif par l'INH