Thèse en cours

L'inconnu derrière la vague. Contribution à l'histoire des migrations polynésiennes en Mélanésie Australe : études exploratoires des variations phénotypiques sur 3000 ans d'histoire

FR  |  
EN

Accès à la thèse

Triangle exclamation pleinLa soutenance a eu lieu le 13/12/2021. Le document qui a justifié du diplôme est en cours de traitement par l'établissement de soutenance.
Auteur / Autrice : Wanda Zinger
Direction : Florent Détroit
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Archéologie/ethnologie/préhistoire
Date : Inscription en doctorat le 23/10/2017
Soutenance le 13/12/2021
Etablissement(s) : Paris, Muséum national d'histoire naturelle
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de la nature et de l'Homme - Évolution et écologie (Paris ; 1995-....)

Résumé

FR  |  
EN

Plusieurs localités de la Mélanésie australe présentent des sociétés humaines aux caractéristiques linguistiques et culturelles polynésiennes. Elles sont définies comme des Enclaves Polynésiennes car elles sont situées en dehors du Triangle polynésien. Leur formation est interprétée comme résultant de l'installation d'individus originaires de Polynésie. Les recherches archéologiques et bio-anthropologiques n'identifient pourtant pas de composantes culturelles et biologiques relatives à des groupes humains polynésiens dans leurs séquences. Les moments, lieux et cadres de l'introduction des influences polynésiennes dans la région restent donc à définir. C'est dans ce but que nous avons analysé le phénotype de 70 individus archéologiques du Vanuatu, de Nouvelle-Calédonie et des Loyauté datés de 3000 à 150 BP. Différentes portions de leur tête osseuse ont été analysées afin d'identifier leurs affinités populationnelles, notamment avec les populations polynésiennes modernes. Puis, nous nous sommes attachés à reconstruire les paramètres de migrations (directions, taille des groupes impliqués, fréquences) dans le cadre particulier des mobilités pratiquées par les sociétés insulaires du Pacifique Sud. Nos résultats combinés aux connaissances sur le contexte archéologique et funéraire des individus indiquent la présence physique d'individus originaires de Polynésie au cours du dernier millénaire, y compris dans des localités qui ne sont pas considérées comme des Enclaves Polynésiennes. Nous « rencontrons » ces individus par la reconstruction de leur identité individuelle (âge, sexe et santé), mais aussi sociale (isolé ou intégré), grâce à l'analyse des autres individus les entourant géographiquement et chronologiquement. Nos résultats mettent en évidence des phénomènes d'intégration de femmes originaires de Polynésie au sein des communautés locales de Mélanésie australe. Les données de l'archéologie et de la tradition orale nous permettent d'avancer l'hypothèse que cette intégration s'est réalisée dans le cadre d'échanges matrimoniaux. Ces échanges auraient participé à la diffusion de caractéristiques culturelles polynésiennes au fil des générations tandis que les composantes biologiques polynésiennes auraient diminué avec le temps.