Thèse en cours

L'ayahuasca à la croisée : une ethnographie des usages rituels de l'ayahuasca entre le Brésil urbain et l'Europe

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Piera Talin
Direction : Emilia Sanabria
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Anthropologie sociale et ethnologie
Date : Inscription en doctorat le 25/09/2018
Etablissement(s) : Paris, EHESS en cotutelle avec Université de Amsterdam (UvA)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse a pour objet les nouveaux usages rituels de l’ayahuasca, un breuvage d’herbes amazonien aux propriétés psychoactives, qui naissent de son passage d’un cadre traditionnel à un cadre cosmopolite urbain. Mon étude porte sur des exemples particuliers de transformation et de réinvention de l’ayahuasca, à savoir, d’une part, des groupes qui développent des rituels et des pratiques thérapeutiques novatrices, hybrides et artistiques, mettant en jeu des questions de justice sociale, d’accessibilité et de genre; et, de l’autre, les adaptations des plantes, de la matérialité et des formules de l’ayahuasca dans ses circulations entre le Brésil et l’Europe. Elle propose d’étudier ces objets ethnographiques par le prisme du concept afro-brésilien d’encruzilhada. Se traduisant littéralement par « croisement », ou « carrefour », l’encruzilhada est à la fois un concept polysémique et une approche épistémologique, centrale dans la pensée afro-brésilienne. Cette notion me permet de mettre en lumière les enjeux politiques inextricablement mêlés aux transformations esthétiques, performatives et matérielles de l’ayahuasca, et de m’intéresser aux multiplicités ambivalentes inhérentes à sa diffusion contemporaine. L’ayahuasca et ses transformations actuelles représentent un cas emblématique de la manière dont circulent certaines plantes médicinales du Sud global. Elles empruntent des routes qui, en dépit des évolutions technologiques, infrastructurelles et géographiques, sont les mêmes que celles qu’empruntent les personnes, les plantes et les biens depuis l’Amérique du Sud vers l’Europe, et depuis l’Afrique vers le continent américain. Le paysage vaste et divers de la diffusion de l’ayahuasca donne lieu à une multiplicité de rencontres, entre cultures autochtones, religions de l’ayahuasca, approches psycho-spirituelles modernes et biomédecine. Une telle diversité de rituels et de formulations ne peut être comprise si on l’étudie par un prisme unique. Plutôt que de mettre l’accent sur les dichotomies entre fixité et innovation, tradition et invention, ma recherche se concentre sur les fissures qui naissent de ce renouvellement des structures rituelles et qui rythment leurs cycles de vie. Cette recherche s’appuie sur un travail de terrain ethnographique multi-situé, entre le Brésil, l’Italie et les Pays-Bas, et met en œuvre la méthodologie de la recherche ethnographique multidimensionnelle développée par Peterson et Olson. Les contextes urbains sont des terrains idéaux pour étudier les rencontres entre les différentes ontologies et les différents paradigmes thérapeutiques dans le champ de l’ayahuasca. Par l’étude de ces croisements, ce travail s’intéresse à ce que l’ayahuasca a à nous dire sur les changements rituels, sociaux, et matériels.