Thèse en cours

Parcours intellectuel et spirituel du père Jean-Mohammed Abd-el-Jalil (1904-1979)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Stéphane Sudour
Direction : Dominique AvonDenis Pelletier
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Histoire des religions et anthropologie religieuse
Date : Inscription en doctorat le 31/08/2017
Etablissement(s) : Université Paris sciences et lettres
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de l'École pratique des hautes études
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Groupe sociétés, religions, laïcités
établissement opérateur d'inscription : École pratique des hautes études (Paris ; 1868-....)

Résumé

FR  |  
EN

Le P. Jean-Mohammed Abd-el-Jalil était un prêtre franciscain marocain. Il est né musulman à Fès, au Maroc, le 17 avril 1904. Il est mort catholique à Villejuif, dans la région parisienne, où il était hospitalisé, le 24 novembre 1979. Venu en France en 1925 pour y suivre des études supérieures, il se convertit au catholicisme en 1927 et fut baptisé en 1928, Louis Massignon étant son parrain. Il décida alors d'entrer dans les ordres en rejoignant les Franciscains et fut ordonné prêtre en 1935. Il fut, par la suite, professeur à l'Institut Catholique de Paris où son enseignement porta sur la langue arabe et l'islam. Après une période où il avait pensé que son rôle était d'amener ses anciens coreligionnaires à la foi catholique, il lui vint à l'idée qu'il devait s'efforcer de faire découvrir et de faire comprendre l'islam à ses nouveaux frères en religion en particulier et aux Européens en général. Ainsi, au cours des années 1950, il mena une intense activité de conférencier, faisant notamment découvrir l'islam à un public principalement catholique, en France et à l'étranger. Son rôle dans la compréhension par les catholiques de l'islam, voire, dans une certaine mesure, dans son acceptation, a pu être considéré comme important par des catholiques attachés au dialogue interreligieux. Le cas du P. Abd-el-Jalil présente, à de nombreux points de vue, un grand intérêt. Il permet d'abord de rendre compte de ce que pouvait être la vie et la mentalité d'un prêtre, membre d'un ordre religieux, ayant eu par ailleurs une carrière académique de spécialiste reconnu de l'islam. Il permet aussi l'étude d'un cas de conversion et du passage d'une tradition religieuse solidement ancrée à une autre dans un contexte complexe puisqu'il rassemble plusieurs aspects : celui du Protectorat du Maroc, celui du milieu intellectuel parisien, celui de la petite communauté des étudiants marocains et celui des religieux franciscains avec lesquels Abd-el-Jalil, alors jeune homme, avait pu être en contact. Enfin, on peut noter que le rôle qui fut celui d'Abd-el-Jalil dans l'évolution des mentalités qui s'opéra, au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, chez les catholiques dans la manière d'envisager les non-chrétiens, plus précisément, dans son cas, les musulmans, mérite de s'y arrêter. Même s'il reste à déterminer s'il fut exactement un des moteurs de cette évolution, s'il ne fit que l'accompagner plus ou moins consciemment ou si, plus simplement, il ne fit qu'en subir l'influence, son cas offre une bonne illustration du processus qui a animé cette évolution. L'étude du parcours intellectuel et spirituel du P. Jean-Mohammed Abd-el-Jalil est dons à même d'apporter de précieux enseignements dans le domaine de l'anthropologie et de l'histoire des religions et dans celui de l'histoire des mentalités et des systèmes de pensée. Cette étude porte sur tous les aspects de la vie du P. Abd-el-Jalil et couvre donc la période qui va de 1904 à 1979 avec un prolongement pour la postérité de son action et de sa pensée qui peut amener jusqu'aux environs du milieu des années 2000 avec les publications le concernant qui ont entouré le centenaire de sa naissance.