Un nouveau type de substitut vasculaire obtenu par tissage de fils issus de la membrane amniotique humaine

par Agathe Gremare

Thèse de doctorat en Biologie Cellulaire et Physiopathologie

Sous la direction de Nicolas L'heureux.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de École doctorale Sciences de la vie et de la santé , en partenariat avec Bioingénierie tissulaire (laboratoire) .


  • Résumé

    En réponse à la faible performance des prothèses synthétiques pour les revascularisations de petit diamètre (≤ 6 mm), de nombreux travaux de recherche ont porté sur le développement de substituts vasculaires biologiques. Bien que des résultats prometteurs aient été obtenus, la production de ces greffons repose principalement sur des méthodes d'ingénierie tissulaire couteuses. L'objectif de cette thèse était donc de produire, à moindre coût, un substitut vasculaire biologique humain de petit diamètre. Pour cela, la membrane amniotique humaine (MAH) et une méthode d'assemblage sans cellule, basée sur le tissage, ont été associées. Afin de mieux connaître ce tissu, une étude détaillée des propriétés mécaniques a, tout d'abord, permis d'identifier la MAH placentaire comme une zone mécaniquement forte ne devant pas être négligée lors de la production de nos fils. La découpe de la MAH a ensuite permis d'obtenir des fils qui ont été caractérisés, puis assemblés par tissage manuel pour produire des substituts vasculaires. In vitro, ces greffons présentaient des propriétés mécaniques (pression à l'éclatement, rétention à la suture, perméabilité transmurale) compatibles avec une utilisation clinique justifiant le passage à une implantation en site artériel chez l'animal.

  • Titre traduit

    A new type of vascular substitute produced by weaving yarns of human amniotic membrane


  • Résumé

    In response to the poor performance of synthetic prostheses for small-diameter revascularizations (≤ 6 mm), a great deal of research has focused on the development of biological vascular substitutes. Although promising results have been obtained, the production of these grafts mainly relied on expensive tissue engineering methods. Consequently, our objective was to inexpensively produce a small diameter human biological vascular substitute. Thus, the human amniotic membrane (HAM) and a cell-free assembly method based on weaving were associated. First, to improve our knowledge of this tissue, a detailed study of the mechanical properties demonstrated that the placental HAM is a mechanically strong area that should not be neglected during our yarn production. Then, cutting the HAM allowed the production of yarns that were characterized and assembled by hand weaving to produce vascular substitutes. In vitro, these grafts had mechanical properties (burst pressure, suture retention, transmural permeability) compatible with a clinical use, justifying the translation to arterial implantation in animals.