Du côté de chez soi. Rapport au territoire et construction des féminités populaires en milieu rural.

par Perrine Agnoux

Projet de thèse en Sociologie, démographie

Sous la direction de Nicolas Renahy et de Sophie Pochic.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de École doctorale Droit, Gestion, Economie et Politique , en partenariat avec CESAER - Centre d'Économie et de Sociologie appliquées à l'Agriculture et aux Espaces Ruraux (laboratoire) depuis le 01-09-2017 .


  • Résumé

    Les travaux récents sur le plafond de verre ont mis en évidence, en haut de la hiérarchie sociale, le rôle de la mobilité géographique dans la construction d'inégalités de genre sur le marché du travail. L'existence d'injonctions à la mobilité au sein des classes populaires rurales, en particulier ouvrières a aussi montré l'importance que revêt la mobilité géographique dans la trajectoire professionnelle des moins qualifiés. Ces études ont cependant peu questionné la dimension genrée du rapport à l'espace, susceptible de jouer fortement sur les modalités de l'insertion professionnelle, en particulier en milieu rural. Nous supposons ici que le rapport à l'espace, indissociable de la mobilité sociale, est dépendant du genre et de la classe. Ce travail de thèse combinant matériaux ethnographiques qualitatifs et étude quantitative sur des données locales d'insertion doit permettre de mieux comprendre les comportements de mobilité des jeunes diplômés de niveau IV sortant de formation initiale. Les stratégies d'ascension sociale associées à une mobilité géographique ainsi que les possibilités offertes dans l'espace local selon le sexe et la possession d'un certain nombre de capitaux seront ainsi interrogées. En particulier, nous questionnerons le caractère genré du « capital d'autochtonie ». Il s'agira aussi de comprendre, par l'étude des interactions entre les différents acteurs de l'insertion professionnelle, les modalités concrètes de diffusion des normes d'employabilité chez les jeunes en milieu rural.

  • Titre traduit

    Gendered mobility and employability in rural areas


  • Résumé

    Recent studies on glass ceiling highlight the role of geographical mobility in the construction of gender inequalities in the most qualified labor market. On the other hand the existence of mobility constraints for the working class illustrate the role of geographical mobility in the professional career of the less qualified. Though these studies do not question the gender determinants in the spatial attitudes. These differences could influence the professional integration process, particularly in rural areas. The spatial attitudes which are indissociable from social mobility appear also to depend on gender and class. This phd work aims to understand mobility behaviors of level IV certificated young people leaving initial training. For this purpose qualitative ethnographic materials and a quantitative study with local integration data will be combined. The upward mobility strategies including geographical mobility will be investigated, as well as those in the local space. These strategies will be explored according to gender and particular ressources. From this perspective gendered « capital of autochtony » will be questioned. The observation of the interactions between the actors of professional integration will also allow to understand how employability standards concretely spread among young people in rural areas.