Thèse en cours

Essais sur la réévaluation de la malédiction des ressources naturelles : une approche non-linéaire

FR  |  
EN

Accès à la thèse

Triangle exclamation pleinLa soutenance a eu lieu le 29/06/2020. Le document qui a justifié du diplôme est en cours de traitement par l'établissement de soutenance.
Auteur / Autrice : Dief reagen Nochi faha
Direction : Jean marie GankouChristophe Tavera
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Sciences economiques
Date : Inscription en doctorat le 29/05/2017
Soutenance le 29/06/2020
Etablissement(s) : Rennes 1 en cotutelle avec UNIVERSITE DE YAOUNDE 2
Ecole(s) doctorale(s) : Sciences économiques et sciences de gestion
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : CENTRE DE RECHERCHE EN ECONOMIE ET MANAGEMENT
Jury : Président / Présidente : Francis Baye menjo
Examinateurs / Examinatrices : Valerie Ongolo zogo

Résumé

FR  |  
EN

L’objectif principal de cette thèse est de revisiter la littérature de la malédiction des ressources en se basant sur des évidences empiriques. Dans cette perspective, cette thèse est organisée autour de trois essais empiriques. Le premier essai analyse l’effet seuil des ressources naturelles sur le risque de survenance des conflits.En appliquant la méthode de panel non linéaire sur un échantillon de 60 pays,les résultats suggèrent que, les ressources naturelles ont un effet non linéaire sur le risque de survenance des conflits internes. Le deuxième essai empirique analyse l’effet seuil des dépenses militaires et des ressources naturelles sur le risque de survenance des conflits internes dans 57 pays.D’une part, les résultats montrent que le niveau des ressources naturelles atténue l’effet des dépenses militaires sur les risques de survenance des conflits internes. D’autre part, les résultats montrent que le niveau des dépenses militaires atténue également l’effet des ressources naturelles sur les risques de survenance des conflits internes. Enfin, le troisième essai empirique détermine si la malédiction des ressources dans 82 pays en développement peut être attribuée à la fuite des capitaux (trade misinvoicing). Les résultats suggèrent que, initialement lorsque la valeur seuil (trade misinvoicing) est faible, l’effet des ressources naturelles sur la croissance est positif et significatif. Cependant, lorsque le niveau de fuite des capitaux augmente de manière progressive, l’effet devient négatif et significatif.