Thèse en cours

Génération d'un nouvel anticorps thérapeutique contre la molécule APRIL pour le traitement des lymphomes B

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Karina Lindner
Direction : Bertrand Huard
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Biologie cellulaire
Date : Inscription en doctorat le 23/10/2017
Etablissement(s) : Université Grenoble Alpes
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale chimie et science du vivant (Grenoble ; 199.-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : CRI IAB - Centre de Recherche Oncologie/Développement - Institute for Advanced Biosciences
Equipe de recherche : Equipe 8 - Marche

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Le microenvironnement tumoral, également connu sous le nom de stroma, est représenté par toutes les entités cellulaires entourant et soutenant le développement de la tumeur. Toutes les tumeurs sont caractérisées par un état inflammatoire dans leur microenvironnement qui assure le recrutement de cellules hématopoïétiques et myéloïdes. Dans les tumeurs avancées, un état inflammatoire chronique représente le combustible pour les cellules tumorales. L'une des molécules responsables de cette condition est « APRIL » (A PRoliferation Inducing Ligand), sécrétée par les cellules myéloïdes. Du point de vue physiologique, APRIL, en faisant partie de la superfamille TNF, est nécessaire pour la prolifération et la survie des lymphocytes B. Dans un contexte pathologique, APRIL est responsable du développement des lymphomes, en particulier le lymphome diffus à grandes cellules B (DLBCL). Au niveau clinique, une surexpression d'APRIL a été corrélée à une faible survie globale chez les patients atteints de cette maladie hématologique. Notre laboratoire a réussi identifier et breveter un anticorps anti-APRIL spécifique capable de détecter les patients atteints de DLBCL qui présentent une surexpression d’APRIL. Le but du travail du thésard consistera à générer, identifier et caractériser un anticorps anti-APRIL spécifique, en utilisant des techniques in vitro. Ensuite, l'efficacité de ces anticorps sera testée in vivo sur des modèles murins. Le candidat thérapeutique jugé pertinent sera utilisé dans un essai clinique, en tant qu'adjuvant aux traitements classiques, pour les patients atteints de DLBCL présentant une forte expression d’APRIL. La détection des patients atteints de DLBCL présentant une surexpression d’APRIL et le traitement de ces patients avec l'anticorps anti-APRIL peuvent représenter une thérapie personnalisé précieuse pour cette malignité.