Thèse en cours

Quelles mesures de relances pour l'agriculture familiale en zone aride: Evaluation intégrée par la modélisation bio économique des ménages agricoles de Sidi Bouzid

FR  |  
EN

Accès à la thèse

Triangle exclamation pleinLa soutenance a eu lieu le 09/06/2017. Le document qui a justifié du diplôme est en cours de traitement par l'établissement de soutenance.
Auteur / Autrice : Ahmed Ferchiou
Direction : Florence JacquetHatem Belhouchette
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Sciences Économiques
Date : Inscription en doctorat le
Soutenance le 09/06/2017
Etablissement(s) : Montpellier, SupAgro
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Economie Gestion de Montpellier
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : MOISA - Marchés, Organisations, Institutions et Stratégies d'Acteurs -
Jury : Président / Présidente : Marie-Josèphe Amiot-carlin
Examinateurs / Examinatrices : Florence Jacquet, Hatem Belhouchette, Abderraouf Laajimi, Aude Ridier, Sophie DROGUé
Rapporteurs / Rapporteuses : Abderraouf Laajimi, Aude Ridier

Résumé

FR  |  
EN

Les populations rurales dans les zones arides sont souvent confrontées à des pressions démographiques et climatiques qui impactent leur sécurité alimentaire, leurs revenus réels mais également les ressources naturelles. En réponse à ces pressions, la plupart des politiques agricoles de développement au niveau de ces zones ont été basées sur l'intensification de l'agriculture. Aujourd'hui; plusieurs partis se mobilisent pour trouver d’autres alternatives plus durables. L’objectif de ce travail de recherche est de concevoir des mesures de relances ciblées pour différents types de ménages producteurs et de simuler leurs impacts sur des indicateurs socioéconomiques, d’exploitation de ressources et consommation alimentaire. Pour cette étude, nous avons choisi Sidi-Bouzid, une zone aride et rurale tunisienne. La zone a connu un développement agricole considérable depuis la fin des années 80 grâce à l'intensification, à l'irrigation et à la privatisation de la propriété foncière. Cependant, ce modèle de développement a atteint ses limites et est aggravé par les incertitudes climatiques. Pour répondre à nos objectifs, notre approche méthodologique s’est basée sur une analyse intégrant à la fois des enquêtes de terrain auprès d’agriculteurs et décideurs locaux pour mieux caractériser la diversité agricole, un modèle de ménage basé sur la programmation linéaire, et le calcul d’indicateurs biophysiques, socio-économiques et de consommation. Le modèle de ménage a été conçu avec une fonction objectif qui tient compte conjointement de la production et de l’autoconsommation. Cette approche a permis, dans un premier temps, de classer les ménages agricoles de Sidi Bouzid en ménages producteurs consommateurs, producteurs consommateurs marchands et producteurs marchands. Ensuite, de tester et d’évaluer la mise en place de scénarios de relance basés sur une meilleure valorisation des olives dans un contexte de changement climatique. Ces scénarios ont visé un meilleur compromis entre la production agricole, la consommation des ménages, mais également la préservation des ressources hydriques et fourragères. Les simulations ont montré que, sans mesure de relance, les revenus des ménages ont baissé de 1% à 19% selon les ménages. Cette baisse est due à une augmentation des couts d’achats d’aliments pour le cheptel ovin, la réduction des ventes de céréales et une réduction des surfaces irriguées. Cependant, la mesure de relance a amélioré le revenu et la consommation des agriculteurs ayant le plus fort potentiel oléicole, le ménage ayant une grande exploitation pluviale (ménage 1) a vu son revenu augmenter de 10% et ses dépenses alimentaires de 23%. L’efficacité de la mesure de relance repose cependant sur la disponibilité de la force de travail familiale sur l’exploitation. Par ailleurs, sur le long terme, les résultats des scénarios combinés ont montré que la mesure de relance devrait atténuer les effets du changement climatique sur le revenu des ménages agricoles. Au-delà des résultats obtenus, ce travail a mis l’accent sur la nécessité de reconsidérer les méthodes d’analyse mais également sur l’urgence de la réflexion autour des mesures de relance dans les zones arides pour une agriculture plus durable. La démarche proposée dans cette étude permet dans sa structure actuelle de tester au niveau des zones arides, et en concertation avec les acteurs locaux, d’autres scénarios de relance plus complexes.