Thèse en cours

La démocratisation dans le monde arabe : l'exemple de la Libye.

FR  |  
EN

Accès à la thèse

Triangle exclamation pleinLa soutenance a eu lieu le 24/11/2017. Le document qui a justifié du diplôme est en cours de traitement par l'établissement de soutenance.
Auteur / Autrice : Salim Sendiane
Direction : Rahim Kherad
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Droit international public
Date : Inscription en doctorat le
Soutenance le 24/11/2017
Etablissement(s) : Sorbonne Paris Cité
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences juridiques, politiques, économiques et de gestion
Jury : Président / Présidente : Armel Pécheul
Examinateurs / Examinatrices : Anne Rainaud, Patrick Meunier, Leila Lankarani, Armel Pécheul, Rahim Kherad
Rapporteurs / Rapporteuses : Patrick Meunier, Leila Lankarani

Résumé

FR  |  
EN

En 2011, des jeunesses avides de vivre comme tout le monde dans ce village qui est devenu la planète se soulèvent dans la plupart des pays arabes pour mettre fin au despotisme politique, à l'injustice sociale et à la répression. Ce réveil démocratique occupe le devant de la scène internationale et réfute toutes les théories d'un « exceptionnalisme » arabe et /ou islamique en matière de la démocratie. Le dirigeant libyen, confronté à une révolte populaire sans précédent, menace d'une répression sanglante pour éviter le sort de ses homologues tunisien et égyptien. Toutes les organisations régionales et internationales ont demandé "la fin immédiate" des violences en Libye et condamné la répression des manifestants engagée par le régime. Alors que la Ligue des États arabes a suspendu participation de la Libye à ses réunions et a demandé au Conseil de sécurité de décréter une zone d'exclusion aérienne dans le ciel libyen, l'Union africaine a privilégié une solution politique de la crise libyenne. Mais à la suite des menaces violentes de Kadhafi, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 1973 autorisant l'usage de la force en Libye. La résolution met l'accent sur la protection de la population civile et demande un cessez-le-feu immédiat et l'arrêt complet des violences à l'encontre des civils. Une coalition internationale dirigée par l'OTAN a installé une zone de non-vol sur la Libye et a bombardé les positions militaires de Kadhafi. Certains pays ont soutenu que la campagne dépassait son mandat de protection et visait le changement de régime. Depuis la chute de régime, la Libye est en état de guerre civile et de chaos absolu. Cela a renouvelé le débat sur l'opportunité de l'intervention et ses enjeux politiques et économiques. L'accent mis par le Conseil de sécurité sur une solution qui satisfait les revendications légitimes du peuple libyen a relancé le débat sur le concept de « la légitimité démocratique ». L'autorisation du recours à la force pour protéger les populations et les zones civiles menacées d'attaque en Libye a relancé le concept de « la responsabilité de protéger ». Dans le cadre de cette thèse, le point sera fait sur les fondements de l'intervention, ses justifications et sur ses enjeux. Ainsi on examinera les impacts de l'intervention sur la vie des Libyens, l'avenir de l'État libyen et la sécurité de ses voisins, également on analysera ses effets sur l'évolution du droit international.