Modèles climatiques et scénarios du GIEC Considérations ontologiques et construction d'un invisible

par Marc Delepouve

Projet de thèse en Sciences humaines et humanités nouvelles spécialité Histoire des techniques, techniques modernes et contemporaines

Sous la direction de Bertrand Bocquet et de Jean-Claude Ruano-borbalan.

Thèses en préparation à Paris, HESAM , dans le cadre de École doctorale Abbé Grégoire , en partenariat avec HT2S - Histoire des technosciences en société (laboratoire) et de Conservatoire national des arts et métiers (France) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-09-2016 .


  • Résumé

    Analyse épistémologique du mode de prise en compte de futures émissions non anthropiques de méthane par les scénarios du 5e rapport du GIEC, et en amont par les modèles climatiques utilisés pour élaborer ces scénarios. Quelles conséquences sur la prise en compte par ces scénarios des risques de rupture ou bifurcation climatique ? - Dans ces modèles, quelle prise en compte de quatre sources potentielles d'émission non anthropique de méthane (hydrates de méthane, pergélisol, zones mortes, bactéries SAR11 méthanogènes) ? - Quelles conséquences du point précédent et d'autres éléments épistémologiques, sur les scénarios du 5e rapport du GIEC ? Ces scénarios présentent-ils des biais en rapport avec ces quatre phénomènes ? Si oui lesquels ? Cela a-t-il des conséquences, en termes de prospective, sur la prise en compte par ces scénarios des risques de rupture ou bifurcation climatique ?

  • Titre traduit

    Climate model and IPCC scenariosOntological considerations and building an invisble


  • Résumé

    Epistemological analysis of the way in which future non-anthropogenic methane emissions are taken into account by the scenarios in the 5th IPCC report, and therefore upstream by the climate models used to develop these scenarios. What are the consequences on the consideration by these scenarios of the risks of climate bifurcation? - In these models, what consideration should be given to four potential sources of non-anthropogenic methane emissions (methane hydrates, permafrost, dead zones, methanogenic SAR11 bacteria)? - What are the consequences of the previous point and other epistemological elements on the scenarios of the 5th IPCC report? Do these scenarios present biases in relation to these four phenomena? If so, which ones? Does this have any consequences, in terms of foresight, on how these scenarios take into account the risks of climate bifurcation?