Thèse en cours

La fabrique de la frontière argentino-chilienne dans une perspective géopolitique critique. Inventer, démarquer et habiter la Patagonie australe.

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Sofia Victoria Perez Herrera
Direction : Alain MussetEnrique Aliste
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Doctorat en Géographie
Date : Inscription en doctorat le 25/11/2015
Etablissement(s) : Paris, EHESS
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales

Résumé

FR  |  
EN

L’invention de la Patagonie émerge lors de la colonisation de l’Amérique. Cette région s’installe dans la cartographie des toutes premières mappemondes, ainsi que dans les récits de voyage, les mythes et la littérature en général, tout en nourrissant l’imaginaire européen sur cette terre lointaine. Cet imaginaire a guidé son exploration, sa conquête, et sa colonisation, jusqu’à devenir un territoire contesté entre le Chili et l’Argentine. Plus de 5 300 kilomètres de frontière partagé entre le Chili et l'Argentine représentent une longue histoire de relations, tensions, conflits et tentatives d'intégration entre les deux pays. Tout au long, la magnifique cordillère des Andes s’impose comme une barrière naturelle sur laquelle la frontière entre les deux pays a été définie et tracée. Dans le cas de la Patagonie, cette ligne prenait deux directions différentes en fonction des critères de démarcation. Cette divergence a encouragé la territorialisation des grandes aires « vides », l’occupation d’un espace auparavant « sauvage », notamment avec les politiques de colonisation et la création de parcs naturels. Un des points de tension fut le tracé de la limite sur le Champ de Glace Patagonique. Dans cette région à la marge de l’État, un paradoxe géopolitique se manifeste et les anciennes zones de sécurité sont désormais des espaces d’intégration avec une frontière de plus en plus perméable. Cette thèse propose une analyse géopolitique critique de l’imbrication des différentes dimensions (ou textures) de territorialisation et territorialité de la frontière argentino-chilienne en Patagonie australe, dans un temps long et à plusieurs échelles. Dans un premier temps, la dimension historique de la frontière sera abordée afin de comprendre la définition et la démarcation faite par les géographes de la Commission Mixte de Limites durant le litige dirigé par la Grand Bretagne (1892-1902). Ensuite, la question de la fronterisation expliquera les stratégies de territorialisation et la consolidation de la frontière sur les espaces considérés comme vides. Et finalement, une dernière dimension portera sur la géopolitique du quotidien, sur les représentations et les enjeux de l’identité nationale dans les zones frontalières de la Patagonie, notamment dans le cas de Villa O’Higgins (Chili) et El Chaltén (Argentine).