Réponses démographiques des oiseaux aux changements globaux dans l'espace : des tendances nationales à la gestion locale

par Manon Ghislain

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé

Sous la direction de Frédéric Jiguet et de Pierre-Yves Henry.


  • Résumé

    Es processus démographiques sous-jacents aux variations d’abondance synchrones induits par les variations climatiques sont très peu connus. Pour la première fois, une très forte synchronie (79%) des taux de survie adulte des passereaux communs est révélée pour un grand nombre d’espèces (23) et à une très large-échelle (254 sites répartis dans toute la France). Cette synchronie est expliquée par un effet commun à toutes les espèces des variations climatiques. Les températures et précipitations printanières expliquent 10 à 22% des variances temporelles de survie à l’échelle nationale, mais seulement 3% à l’échelle locale. Les conditions climatiques hivernales expliquent 6 à 18% de la variance interannuelle pour les espèces sédentaires, 15 à 41% pour les espèces migratrices. Les variations climatiques printanières nationales, combinées à des effets de densité-dépendance inter et intra spécifique, permettent alors d’expliquer 38% de cette synchronie.

  • Titre traduit

    Emographic responses of birds to global changes in space : from national trends to local management


  • Résumé

    Little is known about demographic processes underlying the synchronous abundance variation induced by climatic variations. For the first time, a very strong synchrony (79%) of the adult survival rates of common passerines is revealed for a large number of species (23) and on a very large scale (254 sites distributed throughout France). This synchrony is explained by an effect common to all species of climatic variation. Spring temperatures and precipitations accounted for 10-22% of national temporal survival variances, but only 3% at the local scale. Winter climatic conditions explain 6 to 18% of the interannual variance for sedentary species, 15 to 41% for migratory species. National spring climatic variations, combined with inter- and intra-specific density-dependency effects, then explain 38% of this synchrony.