Thèse en cours

Etude des indices de la diffusion en acoustique architecturale

FR  |  
EN

Accès à la thèse

Triangle exclamation pleinLa soutenance a eu lieu le 09/12/2014. Le document qui a justifié du diplôme est en cours de traitement par l'établissement de soutenance.
Auteur / Autrice : Isabelle Schmich
Direction : Catherine Lavandier
Type : Projet de thèse
Discipline(s) : Génie civil - Cergy
Date : Inscription en doctorat le
Soutenance le 09/12/2014
Etablissement(s) : Cergy-Pontoise
Ecole(s) doctorale(s) : ED SI - Sciences et Ingénierie
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Mobilités, réseaux, territoires et environnements
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Catherine Lavandier, Marie Annick Galland, Judicael Picaut, Catherine Marquis favre
Rapporteurs / Rapporteuses : Manuel Melon, Nicolas Dauchez

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

L'étude des indices de la diffusion en acoustique architecturale est indispensable pour bien maîtriser l'impact de la diffusion sur la qualité acoustique d'une salle. Deux indices aujourd'hui permettent de caractériser les phénomènes de diffusion induits par la présence de matériaux dans les salles: le coefficient de dispersion et le coefficient de diffusion. La méthode de mesurage du coefficient de dispersion en incidence aléatoire a été mise en œuvre à l'échelle réelle dans les locaux du CSTB. Les difficultés rencontrées ont été analysées. Elles ont permis de mettre en évidence les limitations de la norme ISO 17497-1 qui y est consacrée. De plus, la prise en compte de ce coefficient de dispersion dans les logiciels de simulation est essentielle pour que les résultats simulés soient réalistes. Une proposition de méthode de mesurage pour l'estimation d'un coefficient de dispersion des matériaux in situ a été évaluée. Elle présente encore des difficultés théoriques et pratiques qui devront être résolus lors de futures recherches. La mise en œuvre à l'échelle réelle de la méthode de mesurage du coefficient de diffusion en champ libre présentée dans la norme ISO 17497-2 s'est avérée difficile. Il semble que des mesures à l'échelle réduite soient plus pertinentes aujourd'hui puisque les dimensions des salles d'essais actuelles ne permettent pas d'assurer un champ lointain à taille réelle. Les prédictions par calculs BEM 2D (Boundary Element Method) du champ réfléchi ont néanmoins permis de visualiser sur les diagrammes polaires l'effet de redirection des surfaces diffusantes et de prédire les valeurs du coefficient de diffusion. Enfin, ce mémoire se termine sur l'étude d'un nouveau critère global de salle (et non plus du matériau) qui permettrait d'estimer le taux de diffusivité d'une salle. Ce critère, s'il était largement utilisé par la communauté acoustique, permettrait de pouvoir comparer le taux de diffusivité de salles existantes entre elles.