Thèse soutenue

Réduire la stigmatisation de la maladie mentale : du contact imaginé au contact incarné

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jennifer Schuhl
Direction : Armand ChatardÉric Lambert
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance le 21/10/2020
Etablissement(s) : Poitiers
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences du langage, psychologie, cognition, éducation (Poitiers ; 2018-2022)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de recherches sur la cognition et l'apprentissage (2008-....)
faculte : Université de Poitiers. UFR de sciences humaines et arts
Jury : Président / Présidente : Stéphanie Demoulin
Examinateurs / Examinatrices : Armand Chatard, Éric Lambert, Annalisa Casini, Hélène Benard
Rapporteurs / Rapporteuses : Peggy Chekroun, Olivier Desrichard

Résumé

FR  |  
EN

Réduire la stigmatisation des personnes en situation de handicap est un enjeu de société important mais complexe, qui nécessite des interventions efficaces. Cette question de la stigmatisation préoccupe également les entreprises. Pour favoriser l'accès à l'emploi des personnes en situation de handicap et leur maintien en emploi, il semble nécessaire de réduire leur stigmatisation. Les travaux de recherche sur les relations intergroupes des cinquante dernières années ont montré que les personnes en contact avec des membres exogroupes, réduisent les stéréotypes et préjugés à leur égard, dès les premiers contacts, et face à des groupes variés. Par la suite, d'autres études se sont intéressées au contact indirect comme le contact via une vidéo ou le contact imaginé. Ces contacts indirects seraient également efficaces pour réduire les préjugés face à un exogroupe, mais parfois dans une moindre mesure. Pour renforcer les études sur le contact intergroupe comme moyen de réduire les préjugés face au handicap, nos travaux se sont intéressés aux contacts imaginé, vidéo et incarné, avec comme objectif d'adresser certaines limites existantes dans ce champ de recherche. La thèse principale défendue ici stipule que les effets du contact imaginé, relevant principalement de l'élaboration et de l'imagination, se maintiendraient à long terme. De plus, outre la réduction des préjugés par un changement de perspective cognitive (i.e. contact vidéo et imaginé), le changement de perspective corporelle serait également un moyen efficace de réduire les préjugés (i.e. contact incarné). Ces interventions sont efficaces pour réduire les préjugés face au handicap chez des salariés d'entreprise, et donc généralisables hors du milieu sanitaire et médico-social. Pour soutenir cette thèse, les effets du contact imaginé ont été étudiés en lien avec le niveau d'élaboration cognitive de la tâche d'imagination, afin de comprendre la place de ce processus dans la diminution des attitudes négatives face à la maladie mentale (étude 1). Les effets du contact imaginé ont ensuite été étudiés à moyen terme (étude 2) puis, afin d'en généraliser au maximum les effets, à plus long terme et chez des salariés (étude 3). Le contact vidéo a également été étudié à court, moyen et long terme chez des salariés (étude 3). Par la suite, une action de sensibilisation proposée en entreprise, visant à permettre aux salariés de changer de perspective à un niveau corporel, en réalisant un atelier de cuisine en situation de handicap, a été testée (étude 4). Enfin, de façon plus exploratoire et fondamentale, le contact incarné a été étudié par la mise en situation de handicap dans une tâche d'immobilisation, chez des étudiants (étude 5).Nos résultats ont permis de renforcer la validité du contact imaginé, comme relevant principalement de l'imagination et de l'élaboration dans la tâche, et de fait pas d'un effet de demande expérimentale. Les effets du contact imaginé sur la réduction de la stigmatisation de la maladie mentale ont également été montrés à long terme, sur plus de six mois, et ont été généralisés à des salariés d'une grande entreprise du secteur de l'énergie (i.e. hors du secteur sanitaire et médico-social). Toutefois, le contact imaginé n'a pas permis de réduire les biais implicites face à la maladie mentale dans notre étude et les effets du contact vidéo semblent faibles. En outre, le contact incarné semble une piste prometteuse pour réduire les attitudes implicites face au handicap. Cette thèse CIFRE avait également pour objectif de proposer le contenu d'un outil de formation en ligne, à destination de tous les salariés de l'entreprise (GRDF). Ce cahier des charges a été rédigé au regard des résultats de ces travaux, et plus largement des avancées scientifiques dans le champ des relations intergroupes. Finalement, l'ensemble de ces résultats est discuté et des pistes de recherches futures sont proposées.