Thèse soutenue

Durabilité des assemblages soudés stir welding (FSW) : corrélation entre microstructure et sensibilité à la corrosion

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Emilie Bousquet
Direction : Marie Touzet-CortinaAngéline Poulon
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Mécanique et ingénierie
Date : Soutenance le 21/07/2011
Etablissement(s) : Bordeaux 1
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale des sciences physiques et de l’ingénieur (Talence, Gironde)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire de mécanique physique (Bordeaux) - Institut de chimie de la matière condensée de Bordeaux (Pessac)
Jury : Président / Présidente : Yann Le Petitcorps
Examinateurs / Examinatrices : Jean-Robert Oudin, Monique Puiggali, Éric Gratiot
Rapporteurs / Rapporteuses : Christine Blanc, Yves Bienvenu

Résumé

FR  |  
EN

Les assemblages soudés sont de plus en plus envisagés pour remplacer les assemblages par rivetage dans l’objectif d’alléger les structures aéronautiques. La technique de soudage par Friction Stir Welding (FSW) est la solution choisie pour souder sans apport extérieur de matière et en phase solide. Des assemblages soudés autogènes et hétérogènes d’alliages d’aluminium des familles 2XXX (Al-Cu-Mg et Al-Cu-Li) et 7XXX (Al-Zn-Mg) ont été étudiés. La sensibilité à la corrosion de ces soudures et leur tenue mécanique sous l’effet de l’environnement ont été évaluées avec une approche multi-échelle. Pour cela, des essais normalisés de corrosion ont d’abord été réalisés, suivis d’une analyse plus fine par des techniques électrochimiques locales qui a permis de quantifier la réactivité des différentes zones de la soudure. D’autre part, une analyse microstructurale a permis d’expliquer les comportements en corrosion de chacune de ces zones. Nous avons ainsi montré que, dans le cas des soudures autogènes, la microstructure était responsable des phénomènes de corrosion localisée tandis que, dans le cas des soudures hétérogènes, l’attaque était plus homogène sous l’effet de couplages galvaniques macroscopiques.