Thèse soutenue

La résurgence et la liquidation des modèles politiques antiques aux XVIIIè siècle, de Diderot à Chateaubriand

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Esra Arici
Direction : Jean-Jacques Tatin-GourierAnne Deneys-Tunney
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Lettres Modernes. Littérature française (XVIIIe siècle)
Date : Soutenance le 30/06/2010
Etablissement(s) : Tours en cotutelle avec New York University
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Tours ; 1996-2018)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Équipe d'accueil Histoire des représentations (Tours)
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Denis Hollier, Laurine Quetin, Alfredo Gomez-Muller, Judith Miller

Résumé

FR  |  
EN

Le discours politique, à partir de 1770, période qui coïncide avec la crise parlementaire, est marqué par la récurrence des références à l’Antiquité : références positives aux modèles démocratiques, figures négatives des tyrans. Avec la Révolution, se produit une véritable saturation des références aux modèles politiques de l’Antiquité. Pourtant, les divisions des rangs révolutionnaires (modérés/girondins, jacobins/thermidoriens) entament peu à peu la crédibilité de ces modèles, dont l’oeuvre de Chateaubriand, l"’Essai sur les Révolutions" (1796, rééd. 1826), achèvera de manière systématique le démantèlement. Dans cette étude, nous nous proposons d’analyser les modalités de résurgence et de liquidation des modèles politiques antiques dans les oeuvres de Diderot ("Essai sur les règnes de Claude et de Néron") (1778 rééd. 1782), la poésie d’André Chénier postérieure au départ du poète à Londres en 1787, sa prose et ses ïambes, l’oeuvre dramaturgique du frère de celui-ci, Marie-Joseph Chénier, dans l’iconographie de David et enfin dans l’"Essai sur les révolutions" de Chateaubriand.